Au début de l’année, pour convaincre les internautes d’acheter de la musique sur Internet, le ministère de la Culture avait eu une idée géniale sans doute soufflée du côté de la machine à café par les publicitaires : en offrir ! En partenariat avec RadioFG (mais il n’y a absolument pas copinage entre le gouvernement et les intérêts privés), le site de propagande mis en place par le ministère pour défendre son projet de loi loi Création et Internet avait offert gratuitement aux internautes le téléchargement de plusieurs chansons. Parmi les heureux artistes sélectionnés : Marc Cerrone.

Pour remercier la ministre de cette gentille attention qui lui a probablement permis d’engendrer quelques droits Sacem supplémentaires, le musicien et pionnier du disco confesse que le projet de loi Création et Internet « ne veut rien dire« , et qu’il est inutile.

« Une fois que la loi sera passée, on n’arrivera pas à l’appliquer« , devine Marc Cerrone, qui pense que les maisons de disques devraient « arrêter de lutter en sens contraire de ce qui se passe« .

« La musique est condamnée à être gratuite et il faut trouver des solutions pour créer des revenus autrement« , confesse l’artiste à l’AFP. Lui-même a prévenu que son prochain album, Cerrone by Jamie Lewis, sera téléchargeable gratuitement du 9 au 14 mars, avant sa sortie officielle prévue le 16.

« Je n’ai jamais autant gagné ma vie qu’aujourd’hui grâce aux droits dérivés alors que mes musiques sont pillées par les DJ pour des samples et que mes albums sont piratables« , explique Cerrone. Il vit davantage aujourd’hui grâce aux concerts, produits dérivés ou aux licences d’édition (publicités, films, jeux vidéo…) que par les ventes de disques.

Son précédent album, Celebrate, avait déjà été distribué hors des sentiers battus. Alors qu’il sortait dans les bacs en octobre 2007, l’album avait été distribué tout l’été par Samsung sur une carte microSD de 1Go fournie avec certains de ses téléphones mobiles.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés