Il est amusant (si ce n’est exaspérant) de voir comment les responsables politiques du Parti Socialiste réagissent face à leurs divergences nombreuses et variées sur différents sujets. Prenons la riposte graduée.

Nous avions publié en juin dernier un article pour critiquer le manque de visibilité de la position du PS sur la loi Création et Internet qui doit mettre en place la riposte graduée en France. Alors que le groupe socialiste compte 141 députés à l’Assemblée Nationale, ils n’avaient été que 14 à signer dans Libération une tribune contre la loi Hadopi. Plutôt que de regretter cette carence et de travailler à unir le Parti autour du combat pour les libertés fondamentales défendues plus tard avec brio par le Parlement Européen, le conseiller de l’un des députés signataires avait préféré nous écrire immédiatement après la publication de notre article pour nous reprocher d’avoir pointé du doigt l’évidence. « Je suis furieux de votre papier sur l’appel des parlementaires socialistes !« , nous écrivait ainsi ce conseiller parlementaire dans un message on ne peut plus enragé. « Surtout continuez de taper sur ceux qui prennent position publiquement contre HADOPI si vous voulez que cette loi passe comme une lettre à la poste…« .

Quelques mois plus tard, ce que nous craignions sur l’opposition socialiste à la loi Création et Internet se concrétise. Le maire de Dijon François Rebsamen, considéré comme le numéro 2 du PS, a apporté publiquement son soutien au projet de loi, en taclant au passage le député UMP Alain Suguenot qui avait défendu la licence globale en 2006, ce qui avait fait perdre à sa ville de Beaune les précieuses Rencontres Cinématographiques désormais organisées par le lobby du cinéma… à Dijon. « Il y a dans chaque parti politique aujourd’hui en France des Ayatollah du libre échange absolue, de la pseudo défense de l’internaute libre« , regrette Rebsamen dans une interview à Dijonnews. « La vérité c’est que si il n’y a pas aujourd’hui une régulation, une réglementation, et on voit avec ce qui se passe au niveau international qu’elle est indispensable, c’est le droit à la création qui va disparaitre, c’est la capacité de créer qui va disparaitre« .

« Le téléchargement libre est aujourd’hui une source de revenu pour ceux qui ont les plateaux de téléchargement. Il faut protéger le cinéma comme la musique et ne pas laisser penser qu’il suffit de cliquer pour avoir accès librement et sans payer à la création« , affirme le leader socialiste.

Si ça n’était pas assez clair, François Rebsamen assure qu’il « partage la position du président de la République (de passer en force sur la riposte graduée malgré le vote de l’amendement 138, ndlr) car même si il ne faut pas être arrogant avec nos partenaires européens, il est indispensable de protéger les droits d’auteurs« .

A la vue des motions proposées (ici et ) pour le Congrès de Reims, ce n’est visiblement et heureusement pas un avis partagé par tout le Parti Socialiste… sur ce sujet comme sur bien d’autres.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés