Maintenant qu'il a démissionné d'Oculus et de la maison-mère Facebook, le controversé Palmer Luckey travaillerait maintenant sur une startup de technologies de surveillance à applications militaires.

Trois ans après avoir vendu sa startup de réalité virtuelle Oculus pour 2 milliards de dollars, et quelques mois après avoir dû quitter Facebook à la suite de ses activités de soutien pour Donald Trump, entre autres dérives, Palmer Luckey se serait lancé sur un nouveau projet.

Selon trois sources anonymes citées par le New York Times, le mal-aimé de la Silicon Valley aurait sur le feu une startup spécialisée dans des technologies de surveillance, déployables notamment autour des frontières et des bases militaires. Le projet aurait l’appui de Peter Thiel, fondateur de PayPal et rare soutien de Donald Trump dans le monde de la tech, même s’il est pour le moment autofinancé par Luckey.

Palmer Luckey
CC Web Summit

La startup emploierait la technologie du Lidar, le « radar lumineux » permettant par ailleurs à certaines voitures autonomes de se repérer dans l’espace, ainsi que des outils plus traditionnels de capteurs infrarouges et de caméras. Le but étant de détecter les intrusions dans des périmètres de sécurité : migrants à la frontière, ou drones à l’approche de stades.

Le système serait envisagé comme une alternative moins couteuse au fameux « mur » que le président américain souhaite construire avec le Mexique. De plus, pouvant être installé sur de simples poteaux téléphoniques, il éviterait de nombreux litiges avec les propriétaires terriens situés le long de la frontière.

« Nous avons besoin d’un genre nouveau d’entreprise de défense »

Le Californien de 24 ans a en partie confirmé les rumeurs dans un e-mail au quotidien newyorkais. « Nous dépensons plus que nous ne l’avons jamais fait dans la technologie de défense, et pourtant le rythme de l’innovation ralentit depuis des décennies, écrit-il. Nous avons besoin d’un genre nouveau d’entreprise de défense, qui économisera l’argent du contribuable tout en créant la meilleure technologie pour garder nos troupes et nos citoyens en sécurité ». À terme, il pense également élargir les applications de la startup à des domaines tels que les drones.

Partager sur les réseaux sociaux