La plateforme Fairbooking propose aux internautes de payer moins cher leurs réservations en ligne de chambres d'hôtel ou de restaurants, tout en rémunérant mieux les professionnels. La solution ? Le commerce équitable.

« Comment attaquer un marché de mastodontes ?  ». Lors de la première journée du festival Web2Day 2016 à Nantes, des chefs d’entreprises ont évoqué cette question que se posent de très nombreuses startups, sur le Web plus que partout ailleurs : comment trouver sa place sur un marché déjà ultra-dominé par des acteurs qui génèrent des milliards d’euros de chiffres d’affaires par ans ?

Qu’est-ce qui peut convaincre un Qwant qu’il a sa carte à jouer face à Google, ou un Weezevent de s’attaquer au marché de la billetterie déjà très bien occupé par le leader Eventbrite ?

Parmi les expériences racontées, l’une des plus originales est certainement celle de Fairbooking. Comme son nom l’indique, la plateforme cherche à créer un système de réservation « fair », donc équitable. «  Nous sommes un peu le Malongo de la réservation touristique en ligne », s’amuse son directeur Laurent Bougras. Mais son système a réellement de quoi faire trembler des Booking ou Tripadvisor, à condition que les professionnels et (surtout) les clients prennent conscience des nécessités d’un tel système, comme ils ont en partie compris la nécessité sociale et environnementale d’une agriculture biologique, ou du commerce de proximité.

Capture d’écran 2016-06-15 à 19.00.41

0 % de commission sur les réservations

Car toute l’originalité de Fairbooking est de ne prendre absolument aucune commission sur les réservations faites par les clients des hôtels, restaurants, gîtes ou autres résidences mises en location sur son site. Fairbooking se décrit comme « la seule plateforme collaborative Eco responsable  ». Alors que Booking prend en moyenne plus de 16 % de commission, la plateforme équitable permet aux hôteliers et restaurateurs d’empocher la totalité de la somme payée par le client.

Du coup, c’est aussi souvent moins cher que sur Booking, car les professionnels incitent à passer par Fairbooking, qui leur rapporte plus. Tout le monde y gagne. D’autres options permettent de bénéficier d’un petit déjeuner gratuit, ou d’un surclassement.

La plateforme avait été lancée en 2013 par l’association RéservationEnDirect, qui rassemble des professionnels qui se contentent de payer une cotisation annuelle, de 100 à 400 euros par an en fonction de la taille de l’établissement. Longtemps, Fairbooking a pâti de l’interdiction contractuelle qui était faite par Booking de proposer des prix moins chers ailleurs. Mais cette interdiction étant désormais levée, la plateforme devrait pouvoir décoller. À condition bien sûr que les clients jouent le jeu, et perdent leurs réflexes habituels, de passer par Google, TripAdvisor ou Booking pour trouver leurs chambres d’hôtel.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés