Toshiba, Fujitsu et Vaio envisagent de se rapprocher fortement dans le secteur de la fabrication d'ordinateurs, selon la presse économique japonaise.

S’unir pour ne pas sombrer. D’après les informations du quotidien économique Nikkei, les principaux fabricants d’ordinateurs japonais — Toshiba, Fujitsu et Vaio — étudieraient la fusion de leurs activités afin de donner naissance un groupe de premier plan, qui pourrait peser un peu plus de 30 % du marché nippon. Au capital de cette future entreprise, encore hypothétique, chacun détiendrait ensuite un peu moins d’un tiers des parts.

L’union de Toshiba, Fujitsu et Vaio donnerait naissance à un acteur de poids au Japon.

Le terrain est propice pour un tel rapprochement : à l’heure actuelle, Toshiba est englué dans un scandale comptable qui l’oblige à réduire la voilure ; une cession de sa branche PC est une piste que le groupe n’écarte pas. De son côté, Fujitsu a fait savoir en octobre son intention de se séparer de sa division au cours du printemps 2016. Enfin, Vaio a été cédé par Sony au début de l’année dernière.

Le Nikkei indique que les discussions sont encore à un stade assez peu développé. Mais la négociation du contenu de l’accord est en bonne voie, avec le souhait de conclure un premier deal au cours du mois de décembre et mettre sur pied la nouvelle entité en avril 2016, signe que les participants veulent aller vite. Celle-ci conserverait le nom de « Vaio », qui dispose d’une forte visibilité auprès du grand public,

Mais, interrogés par le Wall Street Journal, les porte-paroles de Vaio et Fujitsu ont contesté la présentation des faits par le Nikkei, le premier décrivant une « totale spéculation », tandis que le second expliquant que plusieurs options sont passées en revue et qu’aucune décision définitive n’a été prise.

Marque Vaio
La marque Vaio
– CC Franco Dal Molin

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés