La Arc Vector avait fait envie à toute l'industrie des deux-roues électriques. Mais l'entreprise anglaise a été mise en redressement judiciaire, alors qu'elle avait levé 1 million d'euros en financement participatif trois mois plus tôt.

Une moto électrique de luxe capable de dépasser les 200km/h… Le projet en faisait rêver plus d’un. Pourtant la startup anglaise Arc Vehicles est en train de subir un redressement judiciaire, a repéré le site spécialisé Rideapart le 3 octobre. C’est l’étape qui précède le dépôt de bilan d’une entreprise.

La Arc Vector avait tout pour plaire, si vous aimez son look sportif très courbé : avec 95 kW de puissance, la moto électrique était censée pouvoir toucher les 241km/h, même si sur le site, Arc Vehicles affirmait qu’elle avait été légalement limitée à 200km/h. Elle était capable d’atteindre les 96km/h en 2,7 secondes. Elle devait avoir jusqu’à 274 km d’autonomie en ville, et 193 km sur autoroute. Elle avait un châssis monocoque en fibre de carbone. Elle pesait moins de 220 kg.

La Arc Vector // Source : arcvehicle.com

100 000 euros la moto électrique

La Arc Vector devait entrer en production en 2020, et il ne devait y avoir que 399 modèles. La stratégie était cohérente avec le prix : à 90 000 livres sterling (101 000 euros) la moto, il est évident que la startup visait un public très riche qui cherchait à se différencier.

Arc Vehicles avait pourtant lancé une campagne de financement participatif sur le site britannique Crowdcube en mai 2019, récoltant un million d’euros (963 000£), comme on peut encore le voir sur la page en cache. Crowdcube permet aux internautes de donner de l’argent pour soutenir un projet et, en échange, obtenir une part de capitaux propres de l’entreprise. C’est plus pratique pour des startups comme Arc Vehicles qui ne peuvent pas vraiment se reposer sur des pré-réservations (vu que la moto est si chère).

Arc Vehicle sur Crowdcube (en cache)

En comparaison avec d’autres motos électriques sur le marché, comme celles du leader Zero Motorcycles (avec sa SR/F par exemple), il est évident que la Arc Vector était très, très chère (80 000 euros de plus), même avec ses performances surréalistes.

À noter que Arc Vehicles a encore une semaine, soit jusqu’au 10 octobre, pour lever assez d’argent pour contrer ce redressement judiciaire. Pour l’instant, le site officiel permet toujours de réserver une moto.

Partager sur les réseaux sociaux