L’app de messagerie instantanée n’est pas encore aussi populaire que ses concurrentes. Mais Olvid est en train de se faire une place dans le secteur très fermé des applications chiffrées et sécurisées — l’occasion parfaite pour s’intéresser à l’origine de son nom.

Être la « messagerie la plus sûre au monde » : c’est ce dont se vante Olvid. Le service de messagerie instantanée a beau ne pas être encore très connu par rapport à ces principaux concurrents, il est vrai qu’il accumule les qualités. Conversations chiffrées, métadonnées protégées, absence de serveur : l’app répond à de nombreuses attentes et se place parmi les meilleurs services en termes de sécurité. Ce sont ces spécificités techniques qui font qu’Olvid a été choisie par le Raid pour assurer les communications internes de l’unité de police.

Mais Olvid est surtout une app française — et ça n’est pas tous les jours que Numerama consacre un article de sa rubrique des noms de la tech à une app made in France. Il est donc d’autant plus drôle que le nom de celle-ci vienne d’un mot espagnol.

olvid2
Olvid se présente comme une messagerie instantanée classique — sauf qu’elle est chiffrée. // Source : Olvid

Un mot avec des origines espagnoles

Comment nommer une app dont le but est de sécuriser les échanges ? La question n’a pas forcément de réponse évidente. Pour se démarquer de ces principaux concurrents, Signal, WhatsApp et Telegram, Olvid a choisi de faire dans l’originalité.

C’est sur Twitter que l’entreprise a révélé les détails. Olvid vient du verbe olvidar, qui veut dire oublier en espagnol. « Parce que le droit à l’oubli est important sur Olvid : un message supprimé de part et d’autre ne peut jamais être restauré ». Malin.

Il n’y a pas qu’à ce détail que le nom fait référence, mais aussi à toutes les autres spécificités techniques de l’app. Olvid ne récolte en effet que peu d’informations sur les utilisateurs : il n’y a pas besoin de fournir un numéro de téléphone lors de l’inscription, l’app a juste besoin d’une connexion internet pour fonctionner. L’app ne demande d’ailleurs jamais l’accès au répertoire du téléphone, ce qui permet de ne pas transmettre les informations des contacts à des serveurs.

Les conversations sont également chiffrées de bout en bout par défaut grâce à la fonction de hachage SHA-256 et à un algorithme de chiffrement par bloc AES-256 — des protocoles solides. En plus des conversations, Olvid chiffre les métadonnées de ces dernières, afin d’assurer encore plus de protection.

L’histoire ne dit pas si les fondateurs d’Olvid ont des origines espagnoles – mais le nom de l’app en a, lui. Et en termes de droit à l’oubli, on peut dire qu’Olvid semble plutôt avoir réussi son pari.