WhatsApp déclare avoir constaté une chute brutale de la viralité des messages depuis qu'il a mis en place de nouvelles restrictions début avril.

Début avril, WhatsApp annonçait la mise en place d’une sorte de « geste barrière » contre la désinformation. Aujourd’hui, la messagerie instantanée semble très satisfaite de l’efficacité de cette disposition. Elle affirme en effet avoir constaté une chute de 70 % de la circulation des messages viraux, c’est-à-dire les contenus qui sont transférés un très grand nombre de fois aux utilisateurs du service.

Des incidents graves causés par des rumeurs

Ces résultats ont été communiqués aux pouvoirs publics en Inde, un pays qui justement a été confronté à des conséquences très graves du fait des fausses nouvelles. Des rumeurs qui se sont propagées via l’application mobile ont entraîné des lynchages, alimentés par des tensions sociales et ethniques. Des violences qui ont entraîné plusieurs dizaines de morts dans le pays.

Certaines mesures décidées par WhatsApp ont été prises après avoir constaté les conséquences funestes de certaines rumeurs massivement partagées en Inde. // Source : Eirik Newth

C’est d’ailleurs en Inde que WhatsApp a d’abord expérimenté une autre fonctionnalité du même acabit. Dès juillet 2018, la filiale de Facebook a activé une limite pour la propagation d’un même message : pas plus de cinq personnes. Déjà à l’époque, des morts avaient été causés à cause de rumeurs circulant sur le service. La mesure ayant été jugée utile, elle a ensuite été étendue au reste du monde en 2019.

Concrètement, la disposition imaginée par WhatsApp consiste à limiter la capacité de transfert d’un message viral (celui-ci est symbolisé par une double flèche) à une seule discussion à la fois. Autrement dit, un utilisateur ne peut désormais cibler plus qu’une seule conversation pour relayer un message viral, alors qu’auparavant il pouvait le faire suivre à tous les contacts de son choix.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo