ByteDance, la maison-mère de TikTok, teste une nouvelle application depuis quelques mois. Elle est dédiée à la musique.

Le nom ByteDance ne vous dit peut-être rien, mais il s’agit d’un géant du secteur des nouvelles technologies. Cette entreprise chinoise, qui détient entre autres TikTok, teste actuellement une nouvelle application, a dévoilé Business Insider ce 14 décembre.

L’application en question s’appelle Resso. C’est une application dédiée à la musique, que le média compare à Spotify. Elle affiche les paroles des chansons que l’on écoute en temps réel, un peu à la manière d’un karaoké. Elle permet aux utilisateurs de laisser des commentaires. Ils peuvent aussi créer des gifs ou vidéos à partir de la musique.

Le logo de ByteDance. // Source : Bytedance

Outre Spotify, cela n’est pas sans rappeler les premiers temps de TikTok, ou Musica.ly en Europe — que TikTok a racheté pour fusionner les deux sociétés. Ces applications étaient en effet dédiées au départ à la danse et au lip-syncing, qui consiste à faire semblant que l’on chante sur un morceau de musique.

Un TikTok bis ?

En quelques mois, TikTok a explosé et s’est fortement diversifié. Aujourd’hui, il n’est plus seulement question de danse sur la plateforme. Les mèmes l’ont envahi, poussant certains à la comparer à Vine. On y trouve aussi des recettes de cuisine, des contenus mode ou encore de la politique.

Cette diversité a fait le succès de TikTok, qui compte plus de 500 millions d’utilisateurs actifs. Mais il semblerait que ByteDance regrette aussi un peu les débuts de l’application.

Resso est pour le moment testée en Inde et en Indonésie. D’après un porte-parole, elle serait toujours en phase de bêta-test, et ce, depuis 6 mois maintenant. Il a indiqué à Bloomberg être « optimiste » pour le projet à long terme, mais a reconnu qu’il faudrait encore du temps avant que l’application ne sorte dans d’autres pays.

ByteDance est aujourd’hui valorisée à 75 milliards de dollars. L’entreprise est dans le viseur des autorités américaines, qui s’inquiètent notamment de sa gestion des données personnelles. Une action collective a été ouverte il y a quelques jours seulement, par une utilisatrice américaine. Elle estime que TikTok a collecté et envoyé ses données sur des serveurs en Chine, sans son consentement.

Partager sur les réseaux sociaux