Google cherche en permanence à accélérer le web, mais il faut aussi que les sites fassent un effort. Pour cela, l'entreprise américaine envisage de se servir de son navigateur Chrome pour désigner les sites trop lents à s'afficher.

Google aime le web, mais surtout, Google aime le web qui va vite. Les initiatives que l’entreprise américaine a lancées au fil des années en sont la meilleure preuve : de l’optimisation du protocole réseau TCP au lancement du nouveau format d’image plus léger WebP, en passant par la mise au point de la technologie AMP, plus efficace pour l’affichage mobile, Google ne ménage pas ses efforts.

Mais pour rendre le web plus rapide, il faut aussi que les sites mettent la main à la pâte. Or, la firme de Mountain View trouve que l’engouement qu’elle montre pour la vitesse n’est pas toujours partagé avec la même vigueur par le reste de l’écosystème. Un constat frustrant, mais sur lequel le géant du net dispose de quelques leviers d’action, grâce à la place stratégique qu’il occupe.

Google veut du web rapide, le plus rapide possible, sur n’importe quel terminal. // Source : Google

En matière de recherche sur le web, Google a pris la décision d’inclure la vitesse de chargement d’une page web comme critère du référencement, aussi bien depuis un ordinateur que depuis un smartphone. En clair, un site qui est lent sera potentiellement moins bien classé dans les résultats de recherche qu’un même site qui a été optimisé pour un affichage plus rapide.

Quant au marché des navigateurs, Google peut compter sur Chrome : d’une part, il s’assure que le logiciel reste au top de l’état de l’art avec des mises à jour régulières. Mais surtout, le logiciel va peut-être servir à afficher des mises en garde pour les internautes lorsqu’ils vont se rendre sur un site web particulièrement poussif. En effet, le groupe californien est en train d’expérimenter une page intermédiaire avant l’affichage du site.

Vers un badge pour les sites lents

Le dispositif a été présenté le 11 novembre. « À l’avenir, Chrome pourrait identifier les sites qui se chargent généralement rapidement ou lentement pour les utilisateurs avec des badges clairs », est-il expliqué. «  Cela peut prendre un certain nombre de formes et nous prévoyons d’expérimenter différentes options, afin de déterminer celle qui offre le plus de valeur à nos utilisateurs ».

badge site
L’affichage que prévoit Google. // Source : Google

Afin de ne pas pointer du doigt un site qui, de façon occasionnelle, connaît un temps de chargement plus long qu’à l’accoutumée — parce que le réseau est congestionné ou bien qu’il y a un problème avec le serveur l’hébergeant –, Google prévoit de tenir compte des autres temps de chargement constatés, de façon à déterminer s’il s’agit d’un souci qui est récurrent ou non. D’autres signaux pourraient aussi être pris en compte, comme la qualité de la connexion de l’internaute ou bien les caractéristiques du matériel sur lequel le site s’affiche.

Il faut toutefois noter qu’il s’agit pour l’heure d’une expérimentation, qui ne sera peut-être pas intégrée finalement dans Chrome. En outre, le dispositif qui est présenté aujourd’hui ne sera peut-être pas exactement celui qui sera proposé aux internautes. Google pourrait par exemple décider d’afficher aussi un badge de félicitations pour les sites qui s’affichent très vite. Mais encore faut-il que cet écran ne devienne pas contreproductif, en ajoutant un affichage intermédiaire qui viendrait empiéter sur l’expérience utilisateur.

Partager sur les réseaux sociaux