Amazon a concédé que des retranscriptions textuelles de vos interactions vocales avec Alexa étaient parfois sauvegardées, même quand vous avez supprimé votre historique.

C’est Amazon lui-même qui l’a admis : certaines données absorbées par Alexa ne sont pas forcément supprimées de ses serveurs, même lorsque les utilisateurs les ont supprimées manuellement.

Comment ça fonctionne ?

Lorsque vous parlez à votre assistant audio, Alexa enregistre votre commande vocale, mais garde aussi en mémoire une retranscription textuelle de ce qui a été demandé — ces écrits sont visibles dans la rubrique « paramètres » de votre compte. Jusqu’à récemment, il n’était possible de supprimer ces recherches que une par une, mais depuis mai 2019, vous pouvez demander à Alexa d’effacer «  tout ce que j’ai dit » pendant les dernières 24 heures, ce qui est censé faciliter la tâche.

Une historique de commandes vocales // Source : alexa.amazon.fr

Qu’est-ce qui pose problème ?

Après une question d’un sénateur américain, Amazon a été forcé de répondre, dans une lettre écrite datée du 28 juin, par l’affirmative : si les données audio sont apparemment bien supprimées, il arrive en effet que des retranscriptions textuelles soient conservées.

« Nous supprimons ces retranscriptions des principaux systèmes de stockage d’Alexa, et nous maintenons un effort constant pour s’assurer que ces retranscriptions ne restent pas dans d’autres serveurs », a écrit Amazon, concédant par là que certaines données étaient donc bien gardées, dans des serveurs différents, pendant un laps de temps inconnu.

Ce commentaire d’Amazon pose de nombreuses questions : pourquoi les données personnelles textuelles sont-elles sauvegardées sur un autre serveur ? Pourquoi est-il si compliqué de les supprimer de ces autres serveurs ? Combien de temps ces données-là sont-elles conservées ? L’entreprise n’a pas donné plus d’informations.

L’Amazon Spot à gauche, l’Echo à droite // Source : Ulrich Rozier / Numerama

Il convient de rappeler également que si l’utilisateur ne supprime pas son historique, Amazon « garde les enregistrements audio et les retranscriptions écrites », a également confirmé la multinationale.

Est-ce la première fois ?

En avril 2019 déjà, Bloomberg avait mis au jour une autre pratique controversée chez Amazon : des milliers d’employés étaient capables d’écouter vos conversations avec l’appareil. Chaque salarié pourrait écouter jusqu’à mille enregistrement par jour. L’objectif est d’améliorer les réponses de l’assistant audio Alexa, mais cette découverte n’a évidemment pas réjoui les clients d’Amazon, qui ne s’imaginait pas que tout ce qu’ils disent après le mot « Alexa » pouvait potentiellement être écouté.

En mai dernier, une étude de la Hadopi et du CSA a montré que plus deux tiers des Français qui utilisaient des enceintes connectées avaient peur de la manière dont leurs données étaient protégées.

Partager sur les réseaux sociaux