Facebook propose depuis quelques années à ses utilisateurs de choisir un légataire, qui s'occupera de leur profil s'ils décèdent. De nouvelles options ont été présentées.

Faire le deuil d’un proche peut passer par tout un tas d’étapes plus ou moins conventionnelles. Pour certains, c’est sur Facebook que cela se passe, au travers d’un profil mémoriel. Facebook a dévoilé dans un communiqué publié en ligne le 9 avril de nouvelles options pour ces profils. L’entreprise promet aussi d’améliorer ses intelligences artificielles pour qu’elles ne suggèrent plus de contenus déplacés en rapport avec les défunts.

Des profils améliorés

C’est un fait, selon Sheryl Sandberg, la numéro 2 de chez Facebook : «  Les gens se tournent vers Facebook pour trouver un esprit de communauté durant les moments tristes et les moments joyeux de leur vie. » Le réseau social a, de fait, voulu améliorer les options disponibles pour rendre hommage à un proche décédé.

Les futurs profils mémoriels. // Source : Facebook

La première nouveauté est une section «  tributes » (hommages en français) sur les profils des défunts. Chaque mois, indique Sheryl Sandberg, plus de 30 millions d’utilisateurs se rendent sur ces profils mémoriels pour publier des messages. Ils le font notamment à l’occasion de l’anniversaire d’une mort, pour rappeler de bons souvenirs passés ensemble.

Désormais, les profils des défunts seront séparés en deux parties. D’un côté, il y aura l’ancien profil de la personne en question, avec les statuts ou photos qu’elle a publiés. De l’autre, un onglet dédié aux proches, dans lequel chacun pourra écrire des messages. L’objectif, explique Facebook, est de permettre à chacun de choisir de quelle manière il souhaite faire son deuil : soit en regardant uniquement les hommages, soit en se replongeant dans un vieux profil déserté.

Les mineurs peuvent enfin choisir un légataire

Les proches auront également à leur disposition de nouvelles options pour contrôler le profil de la personne décédée. Depuis 2015, il est possible sur Facebook de choisir un membre de sa famille ou un ami qui aura accès à notre compte le jour où l’on meurt. Ces derniers pourront bientôt modérer les messages publiés dans la section  « hommages ». Ils pourront retirer des tags mentionnant le défunt ou décider de qui peut voir ou non les publications sur son profil. Cela doit permettre d’éviter aux proches qui sont encore fragiles de voir des contenus trop difficiles.

Jusqu’à présent, seules les personnes majeures pouvaient choisir de «  léguer » leur compte à leur mort. Facebook dit avoir récemment mis à jour sa politique d’utilisation pour que les parents des personnes mineures puissent demander à devenir légataire des comptes de leurs enfants.

D’autre part, il n’est désormais plus possible de demander qu’un compte devienne un compte mémoriel sans être de la famille ou un ami du défunt. Facebook ne précise pas de quelle manière un ami sera identifié.

Fini, les rappels des anniversaires des défunts ?

Le réseau social conclut son communiqué par une annonce importante : l’amélioration de ses intelligences artificielles. Les comptes de défunts, qui n’ont toutefois pas été passés en mode mémoriel, ne seront plus recommandés dans certains espaces (par exemple, dans les suggestions d’invitations lorsque l’on crée un événement). Leurs anniversaires ne seront plus non plus rappelés.

Facebook avait été vivement critiqué à ce sujet. Des utilisateurs s’étaient vu recommander des contenus déplacés en rapport avec un proche décédé.

De nombreuses personnes utilisent aujourd’hui les réseaux sociaux pour rendre hommage à une personne décédée. Facebook n’est pas la seule plateforme utilisée. Depuis quelques temps, Instagram est aussi devenu un espace de mémoire, à tel point que le marché des funérailles a été influencé par l’esthétique de la plateforme.

À lire sur Numerama : Ils parlent aux esprits sur Facebook (ou presque)  : une aventure à écouter dans notre nouveau podcast Random

Partager sur les réseaux sociaux