La chaîne de télévision d'État a tenté de faire croire que la Russie avait mis au point un robot très avancé. Jusqu'à ce que l'on découvre l'envers du décor.

La supercherie n’a pas duré très longtemps : Russia 24, chaîne de télévision d’État, a semble-t-il voulu faire croire à ses téléspectateurs que la Russie avait réalisé de grandes avancées dans la robotique. Selon les informations du Guardian publiées le 12 décembre 2018, une émission a montré Boris, un soi-disant androïde loin d’être mauvais en danse. « Je connais les mathématiques, mais j’aimerais également apprendre à dessiner », clame-t-il dans la séquence, avec une voix à peine artificielle. 

Mais le doute a commencé à envahir plusieurs observateurs, qui ont vite compris que Boris n’était pas un vrai robot, simplement un déguisement pour faire croire qu’il en était un à l’occasion d’un forum sur la robotique.

Boris, ou le faux robot de la Russie

Russia 24 pensait peut-être que les ingénieurs russes étaient parvenus à donner naissance à un robot plus humain que jamais. Dans tous les cas, le subterfuge n’a pas vraiment fonctionné. Sur les réseaux sociaux, les moins naïfs se sont interrogés sur certains éléments très suspicieux : où sont les capteurs habituellement visibles ? Comment un robot aussi technologiquement avancé peut-il sortir de nulle part sans aucune étape montrée au préalable ? Pourquoi a-t-il la taille et la corpulence exactes d’un humain ? Quid de tous ces gestes parasites et inutiles, suggérant une forme de maladresse ?

Toutes ces questions légitimes ont finalement trouvé leur réponse dans des photos qui ont trahi la magie : il y a bel et bien un individu à l’intérieur de Boris, d’où cet ensemble de mystères ayant mis la puce à l’oreille. Un cliché laisse par exemple apparaître un cou humain et balaie d’un revers de la main les derniers doutes.

À l’arrivée, Boris n’est en fait qu’un costume que l’on peut acheter pour plusieurs milliers d’euros afin de «  faire croire aux gens que nous sommes un robot ». À la télévision, cela marche beaucoup moins bien.

Partager sur les réseaux sociaux