Au Mexique, un ingénieur a imaginé une étrange capsule qui assurerait une protection en cas de tremblement de terre. Mieux vaut ne pas être claustrophobe.

Reynaldo Cela est persuadé d’avoir construit la capsule qui nous sauvera en cas de tremblement de terre catastrophique. Alors que le Guerrero, un État situé au sud du Mexique, intéresse les chercheurs pour son activité sismologique, cet ingénieur a imaginé une capsule pour survivre à un futur événement dramatique.

Il assure que son invention permettra de se protéger des conséquences d’un tremblement de terre, même si des projections s’abattent sur l’habitacle, comme l’a mentionné Motherboard le 6 décembre 2018.

Un œuf convexe

Cette capsule baptisée K 107 a nécessité un budget d’environ 500 000 euros et 8 années de travail. Le tout a donné naissance à un petit habitacle en forme d’œuf que l’on croirait tout droit sorti d’un film sur les dinosaures.

La capsule permettrait de survivre à un tremblement de terre. // Source : Reynaldo Velda, Capsulak 107

Selon l’ingénieur, cette forme particulière est résistante car plus convexe que celle d’un œuf traditionnel. Bien qu’elle donne une allure de tombeau peu enthousiasmant à l’objet, l’ingénieur assure qu’elle est équipée de tout ce dont au moins un individu (2 sièges sont prévus dans certains modèles) peut avoir besoin pour survivre au moins 1 mois.

L’ingénieur a par exemple songé aux besoins primaires des habitants de la capsule en imaginant un système couvrant l’odeur des déjections, ainsi qu’un condensateur permettant d’avoir de l’eau.

Une personne pourrait y survivre un mois

L’ingénieur a mis en vente cette capsule pour un peu moins de 2 000 euros. Il a expliqué à nos confrères que pour 10 capsules vendues, il ferait don d’un exemplaire. Certaines ont déjà été données à des personnes senior habitant dans le quarter de Tlatelolco à Mexico.

Après le séisme survenu au sud du Mexique en septembre 2017, Reynaldo Cela assure avoir vendu davantage de capsules : plus de 110 unités ont été expédiées à ce jour.

Le dispositif a reçu une approbation de l’État de Mexico ainsi que du Consejo Nacional de Ciencia y Tecnología, l’agence publique mexicaine chargée de promouvoir les activités scientifiques et technologiques.

Partager sur les réseaux sociaux