Un jour après Google, Facebook a annoncé la fin de l'arbitrage obligatoire au sein de l'entreprise. Cette mesure était vivement contestée.

Mise à jour du 13/11 : Airbnb et Ebay ont suivi Facebook, annonçant à Buzzfeed le 12 novembre que l’arbitrage ne serait plus obligatoire chez eux non plus en cas de harcèlement ou d’abus sexuels.

Retrouvez l’article original publié le 12 novembre ci-dessous :

Après Google, c’est au tour de Facebook d’annoncer une nouvelle mesure pour lutter contre le harcèlement et les abus sexuels au sein de l’entreprise.

Facebook a indiqué dans un communiqué transmis au Wall Street Journal vendredi 9 novembre que l’arbitrage ne serait plus obligatoire en cas de harcèlement ou d’abus sexuels. Ce terme désigne le fait de négocier des accords en interne plutôt que d’engager des poursuites en justice.

Le logo de Facebook. // Source : www.shopcatalog.com

L’arbitrage est obligatoire dans certaines entreprises. C’était le cas chez Facebook, mais aussi chez Google. Le 8 novembre dernier, l’entreprise de Mountain Vie  a dévoilé une série de mesures, dont la fin de l’arbitrage obligatoire.

L’arbitrage obligatoire, une mesure contestée

Cela faisait suite à une enquête du New York Times, dans laquelle on apprenait que le géant avait couvert des employés accusés de harcèlement ou d’abus sexuels.

Des manifestations avaient été organisées partout dans le monde pour exiger de Google des mesures, dont celle qui concerne l’arbitrage.

Facebook était l’une des dernières grosses entreprises tech à imposer l’arbitrage à ses employées et employés, selon le New York Times. Cela ne sera plus le cas dès lors que les nouvelles règles seront mises en place – on ignore quand précisément.

Au mois de mai, Uber avait été obligé de renoncer à l’arbitrage obligatoire, après la réception d’une lettre signée par 14 femmes agressées par des chauffeurs. Elles exigeaient de pouvoir les confronter en justice. Le procès qui en a découlé est toujours en cours.

À lire sur Numerama : Pour lutter contre le harcèlement sexuel, Google va (entre autres) limiter l’alcool dans ses locaux

Partager sur les réseaux sociaux