Il ne faudrait pas reporter la responsabilité sur les consommateurs pour se dédouaner des siennes, semble vouloir rappeler le Conseil norvégien de la consommation en réponse à Steve Jobs. Le patron d’Apple appelait hier les organisations de consommateurs européennes à faire pression sur les maisons de disques pour qu’elles arrêtent d’imposer des DRM aux plate-forme comme iTunes. « C’est Apple et iTunes qui devraient eux-mêmes parler du problème des maisons de disques et des DRM […] C’est iTunes qui fournit un service aux consommateurs et qui donc a la responsabilité d’offrir un produit acceptable au consommateur », indique l’organisation qui a eu gain de cause contre Apple fin janvier. « Il est assez clair que les maisons de disques portent leur part de responsabilité de la situation dans laquelle les consommateurs sont enfermés », reconnaît le conseiller Torgeir Waterhouse, mais « iTunes reste encore la société qui vend la musique aux consommateurs ».
En clair, si Steve Jobs n’est vraiment pas content, il peut toujours rompre son contrat avec les majors…