La marque française Awake se lance aujourd'hui sur Kickstarter avec un projet : créer une montre durable et écologique, à partir de matériaux recyclés.

Une montre ne donne pas l’heure. Considérer l’horlogerie comme une simple mesure du temps, c’est enlever le savoir-faire, la mécanique de précision, l’assemblage, la conception, le design et le message d’une montre. En tant qu’objet à porter, la montre est une déclaration et un jugement esthétique, de la plus chère des Jaeger-LeCoultre à la première Casio portée fièrement au poignet collégien. C’est malheureusement ce que la plupart des constructeurs de montres connectées venant de la high-tech ont oublié : une montre se porte avant de s’utiliser.

Green tech

Awake a pris le problème de l’avenir de la montre à l’envers. Et si, semblent-ils nous dire, l’avenir n’était pas à la machine à notification grossière, en plastique, avec un écran mal défini et une durée de vie en marche qui ne dépasse pas la demi-semaine ? Le progrès technologique peut porter d’autres idéaux et l’innovation n’est pas seulement au tout numérique. Awake pose alors une question simple : peut-on faire une montre dont les matériaux ont un passé et s’inscrivent dans l’avenir ?

La marque française qui se lance aujourd’hui sur Kickstarter a tenté de répondre à cette interrogation par l’écologie, avec une montre qui débute à 199 € pour les super early birds et qui annonce la couleur : « il s’agit de la montre la plus durable jamais commercialisée  ». Comment ? L’acier du boîtier, des cornes et de la lunette est certes recyclé, mais le nylon du bracelet n’en est pas non plus à sa première vie : il vient des bouteilles en plastique qui polluent les océans et qui ont été récupérées dans les mers entre le Japon et la Chine. Les usines compactent le plastique de ces déchets et extraient un filament de nylon qui peut ensuite être tressé pour confectionner un bracelet.

De face // Awake Kickstarter

Le mouvement, pièce maîtresse d’ingénierie d’une montre, est un mouvement solaire emprunté à une entreprise possédée par les Japonais de Seiko. Il n’est pas unique, mais a fait ses preuves depuis de longues années : une cellule photovoltaïque capte l’énergie solaire pour la fournir au mécanisme de la montre. Le mouvement consomme peu, de manière générale, ce qui permet aux montres Awake d’être opérationnelles pendant 6 mois après trois heures au poignet.

Le look du cadran est un hommage au mouvement des océans, avec une teinte assez légère. qui se diffuse depuis le centre et révèle, selon l’orientation de l’engin, des ondes qu’on pourrait retrouver sur des cartes maritimes. De face, la montre perd cette teinte qui n’est qu’un reflet et devient très sombre. À l’obscurité, les aiguilles et la numérotation brillent — sans rétroéclairage, cela va de soi.

Le jugement esthétique reste un choix du client. Awake a misé sur la sobriété et une forme classique pour son cadran. Dans ses quatre teintes et ses deux diamètres, la première montre de la marque manque peut-être de surprendre, mais ce choix a le mérite de convenir à un large public. Pari gagnant ?

Mouvement solaire // Awake Kickstarter

L’un des créateurs de la marque Awake est actionnaire minoritaire du groupe Humanoid, éditeur de Numerama.

Partager sur les réseaux sociaux