Rolls-Royce Motors a profité d'un salon aéronautique pour présenter le concept de l'EVTOL, un futur véhicule autonome volant. La voiture intègrerait un moteur de la gamme M250, connue pour sa robustesse, qui lui assurerait son autonomie.

Nous sommes en 2018, et les taxis volants autonomes prennent leur envol : en début d’année, Volocopter et Airbus ont fait décoller leurs véhicules respectifs. Ils ne sont pas seuls en lice : les balbutiements des voitures volantes intéressent aussi Rolls-Royce.

L’entreprise Rolls-Royce Motors — à distinguer du fabricant d’automobiles de luxe, Rolls-Royce Motor Cars — a profité du Salon aéronautique de Farnborough, organisé du 16 au 22 juillet au Royaume-Uni, pour montrer qu’elle ne fabriquait pas que des moteurs. La société a présenté l’EVTOL, le concept d’un futur véhicule électrique capable de décoller et d’atterrir à la verticale.

Dans les airs en 2020 ?

« Le design pourrait être adapté pour les transports individuels, les transports publics, la logistique ou des applications militaires, et repose sur des technologies déjà existantes ou en cours de développement », explique Rolls-Royce dans un communiqué, ajoutant que le véhicule pourrait voler au début de la décennie 2020.

L’EVTOL pourrait transporter quatre à cinq personnes à bord, et atteindre une vitesse de 400 km/h, sur une distance de 800 km. Le véhicule volant doit être équipé d’un Allison Model 250, la gamme de moteurs aussi connue sous le nom de Rolls-Royce M250.

Les turbines de ce moteur seraient utilisées pour générer l’électricité nécessaire aux six propulseurs électriques de la voiture. Autrement dit, si le véhicule conserve ce fonctionnement, ses batteries seront donc rechargées par le moteur.

Or, les moteurs M250 de Rolls-Royce ont déjà fait leur preuves : créés en 1960 par Allison Engine Company — rachetée par Rolls-Royce en 1995 –, il s’en est vendu plus de 31 000 depuis leur première version, note The Next Web. Si l’entreprise tente de concurrencer Airbus, Voleocopter ou Uber dans le domaine des voitures volantes, la robustesse de ses moteurs pourrait être un argument important.

Partager sur les réseaux sociaux