Les différentes stars de la Coupe du monde semblent être tombées d'accord sur un point : les AirPods d'Apple sont pratiques.

Dimanche, nous connaîtrons le vainqueur de la Coupe du monde 2018. Ce sera la France, la Belgique, la Croatie ou l’Angleterre. En attendant, une marque a déjà tout gagné pendant l’événement : Apple, qui est parvenu à mettre des AirPods dans les oreilles de plusieurs footballeurs. Et ce, sans même être un partenaire officiel de la FIFA ou un sponsor du Mondial…

Est-ce une vraie volonté de la part de la firme de Cupertino ? Nul le ne sait. Mais toujours est-il que les Neymar, Julian Draxler et autre Willian n’hésitent pas à se montrer en utilisant des AirPods quand ils arrivent au stade ou descendent d’un avion. L’alternative ? Un bon gros casque Beats, propriété… d’Apple également.

Que dit la FIFA à ce sujet ?

Afin de protéger ses partenaires commerciaux, la FIFA impose des règles strictes concernant l’usage de marques tierces. Sur la question des produits permettant d’écouter de la musique, l’organisme indique, « La FIFA reconnaît que l’écoute musical via des écouteurs ou un casque est un critère personnel très important pour les joueurs dans leur concentration d’avant ou d’après match. Toutefois, au regard des standards établis dans les tournois FIFA, l’utilisation d’écouteurs ou d’un casque d’une marque dans les zones contrôlées n’est pas autorisée car considérée comme une violation des règles. » 

Sur le papier, l’utilisation des AirPods pendant la Coupe du monde 2018 est interdite. Sauf que la FIFA ferme les yeux à partir du moment où la marque est cachée ou retirée. Un compromis, doublé d’un laxisme, qui arrange indirectement Apple dans le sens où ses écouteurs sans-fil n’affichent strictement rien, tout en étant extrêmement distinctifs (merci la longue tige). Quant aux casques Beats, il suffit que les joueurs concernés masquent le logo ‘b’ emblématique — et on les reconnaîtra quand même avec leur design bling-bling.

Serait-ce de la promotion en cachette (ambush marketing), pratique interdite par la FIFA et consistant à profiter de l’ampleur d’un évènement sans y être autorisé ? Oui, s’il s’avère qu’Apple a travaillé de concert avec les footballeurs. Sinon, c’est purement involontaire, tout en faisant les affaires du géant américain n’ayant pas à s’excuser de concevoir des produits de qualité plébiscité par tout un chacun. Qu’il soit monsieur-tout-le-monde ou Neymar, produit marketing à part entière.

Partager sur les réseaux sociaux