Selon le San Francisco Chronicle, deux entreprises ont demandé l'autorisation pour tester des voitures autonomes sans humain à bord. Waymo en fait partie.

En février dernier, l’État de Californie a donné son feu vert pour permettre à des entreprises de tester des voitures autonomes sans humain à bord. Selon les informations du San Francisco Chronicle, deux acteurs ont d’ores et déjà demandé un permis pour parfaire leur technologie. Dans le lot, il y a Waymo, filiale de Google qui ne cesse d’accélérer depuis plusieurs semaines malgré l’accident mortel impliquant Uber et le crash d’une Model X avec l’Autopilote activé. L’identité du deuxième larron est encore inconnue mais nous pensons assez naturellement à Tesla.

Waymo avance malgré les tragédies

Waymo a confirmé vendredi 13 avril 2018 avoir demandé l’autorisation auprès du Department of Motor Vehicules. Dans un premier temps, il fera rouler des voitures sans aucun chauffeur à Mountain View, près de son QG, avant de s’étendre petit à petit dans la baie de San Francisco. L’approche sera visiblement la suivante : continuer d’accumuler un maximum de kilomètres sur un parcours ciblé avec un humain à bord avant de lancer des voitures seules. On entrevoit une confiance maximale de la part de Waymo qui, après l’accident d’Uber, avait affirmé que la collision ne serait pas arrivée avec l’un de ses véhicules.

Toutefois, il faut noter qu’à ce jour, les voitures autonomes ont encore besoin d’un chauffeur en cas de problème, même si c’est de moins en moins vrai pour Waymo : en 2017, sur les quelques 570 000 kilomètres parcourus, ll n’y a eu que 67 interventions humaines, soit une tous les 9 000 kilomètres environ (c’était une tous les 8 200 en 2016). « Si ce taux est toujours d’actualité aujourd’hui, et si Waymo déploie cent voitures roulant 80 kilomètres, alors il y aura besoin d’une intervention par jour quelque part à Mountain View. Espérons que cela ne blessera personne », prévient Jim McPherson, avocat et fondateur de SafeSelfDrive. 

« Dans notre ville, Waymo a réalisé des tests poussés avec ses véhicules »

Du côté du processus, le Department of Motor Vehicules a dix jours pour indiquer si la requête est complète ou non et un temps indéfini pour délivrer le permis nécessitant que les pouvoirs publics prennent les mesures adéquates dans les villes concernées. Selon le San Francisco Chronicle, plusieurs représentants ont partagé leur excitation à l’idée d’accueillir des voitures sans humain à bord dans les rues, une preuve que la défiance envers la technologie n’a pas nécessairement grimpé malgré les tragédies récentes. « Dans notre ville, Waymo a réalisé des tests poussés avec ses véhicules, enregistrant de bons résultats en matière de sécurité », souligne Dan Rich, directeur municipal de Mountain View. 

C’est, en tout cas, une avancée majeure pour la conduite autonome et plus particulièrement pour Waymo, qui profite du recul pris par certains concurrents pour prendre de l’avance.

Partager sur les réseaux sociaux