Une alliance de plusieurs organisations travaille depuis trois ans sur un codec libre et gratuit destiné aux vidéos au format 4K UHD. Les spécifications du codec, nommé AOMedia Video Codec 1.0, sont publiées.

L’avenir de la vidéo en ligne ne sera pas nécessairement soumis à des codecs payants et propriétaires. En effet, une alliance pour un média ouvert (Alliance for Open Media) planche depuis 2015 sur une alternative libre et gratuite baptisée AOMedia Video Codec 1.0 (AV1).

Trois ans plus tard, les spécifications de cette première version ont été publiées. D’après des tests indépendants diligentés par des membres de cette alliance, AV1 offre un taux de compression moyen 30 % supérieur à ceux des codecs concurrents, pour ce qui est des vidéos en ultra haute définition (4K).

Les codecs concurrents du AV1 étaient les normes H.264 (MPEG-4 AVC) et H.265 ( MPEG-4 HEVC), ainsi que VP9, un codec proposé par Google qui permet de réduire de moitié le débit nécessaire à la diffusion d’une vidéo par rapport à VP8, tout en préservant sa qualité.

« AV1 permet à plus d’écrans d’afficher des images vives, des couleurs plus profondes, des hautes lumières plus claires, des ombres plus foncées et d’autres fonctions d’imagerie UHD améliorées auxquelles les consommateurs s’attendent – tout en utilisant moins de données », déclare l’alliance.

Ce dernier point intéresse tout particulièrement des plateformes de vidéo comme YouTube et Netflix, qui sont demandeuses de tout procédé permettant d’améliorer la qualité d’une vidéo sans augmenter le débit nécessaire pour l’envoyer. C’est capital au regard du volume de données que ces services traitent et de l’avènement des équipements qui permettent de voir des vidéos au format 4K, ou plus.

Il est d’ailleurs à noter que le codec AV1 ne se limite pas au format 4K. Il est prévu pour des vidéos à la qualité encore plus élevée.

Quelques formats pour la vidéo.
CC Libron

Partager sur les réseaux sociaux