Yéti. Un nom de code en quatre lettres qui pourrait indiquer un nouveau service pour Google : du jeu vidéo dans le cloud.

D’après le média américain The Information, Google aurait dans ses cartons un nouveau service qui s’apparenterait à du jeu vidéo dans les nuages, ou du cloud gaming comme disent les Américains. Portant le doux nom de code Yéti, son principe serait très simple : il permettrait de jouer à des jeux vidéo en streaming, c’est-à-dire hébergés et lancés sur un serveur distant et non sur la machine du client.

Si vous suivez Numerama de près, vous avez déjà croisé des services du genre dans nos colonnes. À l’heure actuelle, l’un des leaders du secteur est Shadow, qui propose en plus du jeu vidéo une expérience complète de Windows 10. Le Français est d’ailleurs en phase d’expansion, proposant désormais ses services de l’autre côté de la Manche après avoir lancé un bureau en Californie.

GeForce Now sur Mac

Mais les géants du divertissement vidéoludique ne sont pas non plus en retard : Nvidia avec GeForce Now a lancé la nouvelle vague depuis la Nvidia Shield et se déploie maintenant sur PC et Mac. De son côté, Sony avec son PlayStation Now propose une expérience PlayStation complète en streaming (même depuis un PC). Google n’est pas un géant du jeu vidéo mais pas un nouveau venu non plus — le Google Play est une mine à titres mobiles où les excellents jeux côtoient les plus mauvais élèves. Il faut se souvenir également que Mountain View a recruté récemment Phil Harrison, ponte du secteur passé par Sony et Microsoft — une tête pensante qui pourrait être efficace pour diriger un projet aussi ambitieux.

Aujourd’hui, les planètes s’alignent autour du jeu vidéo en streaming : même anciens, les appareils suffisamment puissants pour faire tourner les clients se multiplient (smartphones et télévisions modernes incluses) et le débit des connexions à Internet augmente, permettant une bonne qualité d’affichage. Le seul challenge, pour toutes ces sociétés, reste la latence : il s’agit de trouver des solutions qui n’entraînent pas un décalage ou un arrêt du jeu à la moindre perte de paquet. C’est sur ce challenge que les connexions mobiles sont aujourd’hui un peu en retrait, mais une meilleure latence est aussi l’une des promesses de la 5G dont les tests débutent un peu partout dans le monde.

Ulrich Rozier, co-fondateur d’Humanoid, est actionnaire du groupe Blade (Shadow)

Partager sur les réseaux sociaux