Facebook a procédé à l'achat de Confirm.io, une firme spécialisée dans la reconnaissance de pièces d'identité. Les technologies serviront vraisemblablement aux procédures mises en place par le réseau social pour vérifier l'identité de membres ne pouvant plus accéder à leur compte... en attendant une possible généralisation ?

En principe, il est interdit d’utiliser un pseudonyme sur Facebook. En effet, le réseau social explique dans ses conditions d’utilisation que « les personnes qui utilisent Facebook donnent leur vrai nom et de vraies informations les concernant » et demande «  à ce que cela ne change pas ». Cette politique, le site communautaire la déploie depuis plusieurs années, non sans heurts.

Par le passé, Facebook a mis en difficulté des membres de la communauté LGBT en les obligeant à inscrire leur vrai nom — la controverse ayant finalement abouti à une révision partielle de cette politique — ou banni une journaliste qui refusait de dévoiler son identité sur le réseau social, parce qu’elle voulait éviter les trolls et les menaces dans la vie réelle.

Facebook ne veut pas d’anonymes.

Cette chasse à l’anonymat, ou plutôt au pseudonymat, notamment au prétexte de civiliser les commentaires sur Internet, est loin de faire l’unanimité : en Allemagne, l’équivalent local de la Commission nationale de l’informatique et des libertés s’est exprimé à quelques reprises pour dénoncer cette orientation et lui demander de laisser une place aux internautes voulant utiliser un pseudonyme.

Actuellement, Facebook ne demande pas à ses membres, notamment les personnes nouvellement inscrites, de confirmer la véracité des informations renseignées sur leur compte en envoyant une pièce d’identité. Il peut toutefois le faire dans des cas un peu particuliers, par exemple si un individu ne parvient plus à accéder à son compte (divers documents peuvent alors être produits par le demandeur).

Confirm.io passe chez Facebook.

Toute la question est de savoir si cette procédure de vérification d’identité sera un jour généralisée et imposée à l’ensemble des membres. Il n’est pas dit que Facebook aille un jour dans cette direction — le réseau social fait déjà face à beaucoup de polémiques très diverses, il n’est pas sûr qu’il veuille ajouter une nouvelle controverse à son tableau de chasse, surtout celle-ci, vu la sensibilité des documents en jeu.

En tout cas, Facebook se donne les moyens de suivre cette voie. En effet, le service Confirm.io vient d’être acquis par le site communautaire, pour un montant inconnu. Comme l’explique le site Re/Code, cette plateforme est spécialisée « dans la vérification des pièces d’identité émises par le gouvernement, comme les permis de conduire ».

Selon TechCrunch, « la startup offrait une API qui permettait à d’autres entreprises de vérifier rapidement l’authenticité d’une pièce d’identité » et mobilisait de « la biométrie mobile et la reconnaissance faciale pour confirmer l’identité d’une personne, avant que la startup n’efface les données personnelles ».

Scannez vos papiers avec Confirm.io pour vérifier votre identité.

À court terme, on suppose que les technologies de Confirm.io vont servir à améliorer les processus déjà déployés par la firme américaine — comme la vérification de l’identité en cas de blocage du compte, par exemple — ou pour des projets encore jeunes, dans le commerce électronique, la monnaie ou la banque ; les géants de la tech investissent ces domaines, à différents niveaux).

À cela s’ajoute une demande accrue faite aux réseaux sociaux d’avoir des sections jeunes de plus en plus sécurisées, sur YouTube ou Messenger. Or, ces plateformes peuvent être amenées à demander une autorisation parentale qu’il faudra vérifier, en vérifiant l’identité du parent et, peut-être, en s’assurant du lien effectif de filiation. C’est très théorique, mais il existe des enjeux bien réels qui poussent dans cette direction.

Mais à moyen ou terme, la technologie pourrait servir à vérifier la concordance du nom affiché sur le compte et celui imprimé sur la carte d’identité. Il suffirait de coupler ce que fait Confirm.io avec un système de reconnaissance optique de caractères — dont l’efficacité ne cesse de progresser — pour mettre en place une automatisation du contrôle d’identité made in Facebook.

Partager sur les réseaux sociaux