Mis en place au cours de l'été 2017, le service ProtonVPN, proposé par l'entreprise à l'origine du webmail sécurisé ProtonMail, arrive sur Android. Une application pour les smartphones et les tablettes est disponible.

Proposer une connexion sécurisée par un accès VPN pour surfer sur le net, c’est bien. Mais faire en sorte qu’elle puisse être utilisée sans difficulté depuis un mobile, c’est mieux. Surtout lorsque l’on a conscience que de plus en plus d’internautes passent par leur terminal pour aller sur Internet.

Ce constat, ProtonVPN ne l’ignore pas. C’est la raison pour laquelle la décision a été prise de fournir une déclinaison pour les appareils fonctionnant avec Android de son service sécurisé. Logique : ce système d’exploitation est celui qui est le plus répandu au monde, très loin devant son concurrent principal, iOS.

Si vous voulez l’installer, rendez-vous sur Google Play. Notez que la mouture de votre O.S. ne doit pas être antédiluvienne. Il faut au minimum disposer de la branche 4.4. Cela devrait aller pour nombre d’entre vous, puisqu’elle est sortie à l’automne 2013. En l’espace de quatre ans, vous avez sans doute eu le temps de bénéficier d’une mise à jour ou de changer de produit.

Dans un article annonçant la nouvelle, ProtonVPN explique que «  l’application prend en charge toutes les fonctions de sécurité avancées de ProtonVPN telles que Secure Core, TOR via VPN, ainsi que les profils de connexion pour sauvegarder vos serveurs VPN préférés », écrit ProtonVPN. Elles incluent aussi le chiffrement fort, la confidentialité persistante, Tor ou encore la prévention contre les fuites DNS.

L’application « prend également en charge le protocole plus abouti IKEv2, qui offre des vitesses et une stabilité des plus élevées, même dans des conditions de réseau difficiles (par exemple le passage entre 4G et WiFi, la réception médiocre ou la bascule d’une antenne-relais à l’autre) ». Mais attention, pour profiter pleinement du service, c’est un compte payant qu’il faut avoir.

protonvpn
La connexion passe par un point intermédiaire.

En effet, ProtonVPN est utilisable gratuitement mais ses capacités sont limitées dans ce cas de figure. Certaines options ne sont pas proposées et la variété des serveurs sur lesquels vous pouvez faire transiter votre connexion pour aller sur Internet est limitée à trois pays : les États-Unis, le Japon et les Pays-Bas. En outre, seul un appareil peut être connecté et la vitesse d’accès est plutôt lente.

Ces précisions n’ont rien de bien surprenant : en effet, ProtonVPN ne fait qu’appliquer le même modèle économique qu’il propose par ailleurs pour ceux et celles voulant utiliser ce service depuis un PC standard. Une approche compréhensible : ProtonVPN ne se finance que par les abonnements : il n’y a ni publicité ni monétisation des données personnelles. Un modèle vertueux mais plus exigeant.

À lire sur Numerama : Avec ProtonVPN, ProtonMail se lance dans les VPN

Partager sur les réseaux sociaux