Intel confirme l'existence d'un problème de redémarrage intempestif avec les patchs destinés à corriger ou atténuer le risque causé par les vulnérabilités Meltdown et Spectre. Mi-janvier, des clients de l'entreprise lui avaient remonté le problème.

La résolution des failles Meltdown et Spectre est un parcours semé d’embûches pour les fabricants de processeurs. Car si les constructeurs doivent rapidement fournir des correctifs pour éviter que les vulnérabilités découvertes — qui peuvent conduire à des attaques par canal auxiliaire sur les opérations d’exécution spéculative — ne soient exploitées, il faut se garder de déployer n’importe quoi.

Or depuis le début de cette affaire ou presque, une crainte circule sur l’effet supposé que les patchs (ceux de Meltdown, dans la mesure où ceux de Spectre n’existent pas encore ; seules des méthodes d’atténuation de la menace sont proposées) peuvent avoir sur les performances des processeurs. Une inquiétude qu’Intel en particulier a essayé de dissiper avec la publication de certains tests de performance.

intel-cpu-processeur-i7
CC Michael Saechang

Problème de redémarrage

Mais c’est bien connu : un problème n’arrive jamais seul. Après les doutes concernant l’effet potentiellement négatif des correctifs, voilà que ces derniers sont suspectés de rehausser la probabilité d’un redémarrage intempestif de l’ordinateur. Le souci avait été évoqué dès le 11 janvier par un cadre d’Intel dans un article de blog. Il liait ce souci à des processeurs Broadwell et Haswell :

« Nous avons eu des retours de la part de quelques clients au sujet de redémarrages plus fréquents après avoir appliqué les mises à jour logicielles. […] Nous sommes en train de travailler avec diligence avec eux pour comprendre, diagnostiquer et résoudre ce problème de reboot. Si cela nécessite une mise à jour du firmware d’Intel, nous distribuerons cette mise à jour », était-il annoncé.

CC Jiahui Huang

La réalité de ce problème a été confirmée par Intel le mercredi 17 janvier. Dans un nouveau billet de blog, écrit par la même personne, l’entreprise dit avoir pu reproduire ce souci de redémarrage intempestif et a constaté que les plateformes suivantes étaient touchées : Ivy Bridge, Sandy Bridge, Skylake et Kaby Lake. Mais selon Intel, cela ne se déclenche que « dans certaines configurations ».

Intel n’a pas identifié la cause de ces dysfonctionnements mais assure « faire des progrès » vers son identification. Cela prendra sans doute plusieurs jours. Intel devra aussi prendre garde à ce que ce correctif de correctif ne provoque pas un incident du même ordre. Or, ce risque est plausible lorsque l’on tente de déployer des contre-mesures à toute vitesse, sans prendre le temps d’en évaluer toutes les conséquences.

Partager sur les réseaux sociaux