Intel planche sur des correctifs pour résoudre les vulnérabilités Meltdown et Spectre qui ont été détectées dans ses processeurs. Auront-elles un impact négatif sur leurs performances ? Selon les mesures de l'industriel américain, l'effet sera minime.

Depuis que l’existence des failles Meltdown et Spectre a été révélée dans la presse au début du mois de janvier, un doute est apparu sur la nocivité éventuelle des correctifs prévus pour colmater ces vulnérabilités. Ces patchs vont-ils dégrader la performance des processeurs — les brèches se manifestent au niveau du CPU — et, le cas échéant, de combien ?

La réponse à cette question n’est pas du tout anodine car elle est susceptible d’avoir une incidence sur le devenir des recours collectifs lancés aux USA (et potentiellement aussi en France, si des actions en justice venaient à émerger). Pour la société Intel, dont le matériel est affecté à la fois par Meltdown et Spectre, l’enjeu est de limiter au maximum l’effet des patchs si ceux-ci diminuent l’efficacité du CPU.

intel-cpu-processeur
CC Dmitry Grigoriev

Plusieurs communications ont déjà eu lieu de la part d’Intel.

La dernière en date a pris la forme d’une publication sur son site officiel dans laquelle l’entreprise américaine met à disposition un tableau synthétique revenant sur l’impact des correctifs sur une sélection de processeurs (Côté CPU de bureau, ont été retenus les Intel Core i7 6400K et Intel Core i7 8700K. Pour le mobile, ce sont les Intel Core i7 7920HQ et Intel Core i7 8650U).

Ces processeurs, qui ont été mis sur le marché entre le troisième trimestre 2015 et le quatrième trimestre 2017, ont été mis à l’épreuve dans différentes situations, sur des ordinateurs fonctionnant avec Windows 7 ou 10 et ayant à chaque fois l’usage d’un disque SSD comme espace de stockage. Il ressort de ces tests qu’en fonction des cas de figure, l’écart de performance n’excédera pas 10 %.

L’industriel apporte toutefois une précision : les données qui sont présentées dans son tableau doivent être lues en ayant en tête le fait qu’Intel a procédé à de multiples essais et que la chaque pourcentage accepte une variation de 3 %. Cela reste toutefois un écart relativement contenu. Pour un usage peu gourmand en ressources informatiques, une telle baisse ne sera pas ressentie au quotidien.

« Nous avons dit précédemment que nous nous attendions à ce que notre impact sur le rendement ne soit pas significatif pour les utilisateurs moyens d’ordinateurs, et les données que nous partageons aujourd’hui appuient cette attente sur ces plateformes », commente Intel, qui a partagé au passage le détail des configurations utilisées pour ces tests.

« Pour les clients d’Intel qui s’inquiètent des impacts sur les performances, sachez que nous travaillerons sur des solutions originales avec nos partenaires industriels pour réduire ces impacts chaque fois que possible », poursuit l’entreprise. D’autres mesures doivent être communiquées dans les jours à venir pour des produits commercialisés depuis 5 ans.

À lire sur Numerama : Meltdown et Spectre  : 7 questions pour comprendre les failles critiques sur les processeurs

Partager sur les réseaux sociaux