Grobo, une startup canadienne encore discrète, possède un certain sens de la provocation. Pour sa première serre intelligente, la société promet que même les plants de cannabis tomberont sous le charme des soins de sa machine.

Il y a quelques mois, nous avons rencontré une machine atypique lors de l’InnoRobo. C’était un pot intelligent, mobile et connecté qui, une fois associé à une plante, ne faisait qu’un pour faciliter son entretien. Avec cette hybridation entre robotique domestique et micro culture, la startup française Still Human avait en quelque sorte inventé une créature mi-végétale, mi-robotique.

Dans le même genre d’idée, à savoir le rapprochement entre culture et robotique, il y a cette fois un objet connecté qui vient d’outre-Atlantique. Du Canada précisément. C’est la jeune société Grobo qui promet l’entretien facile de n’importe quelle plante. Et ne manquant pas de culot, l’entreprise a choisi de prendre l’exemple du cannabis pour faire la promotion de son produit.

Grobo-Kitchen-01.0

Avec ses airs de petite douche, le pot-serre est en réalité un appareil complexe, parce que sa promesse technologique laisse rêveur : déposez quelques graines, de l’eau et des nutriments, appuyez sur un bouton et attendez quelques semaines. C’est prêt.

Bardée de LED, la machine est capable de simuler plus de 18 heures d’ensoleillement par jour pour un coût électrique bien différent de celui des néons que vous avez dans votre grenier. De plus, les capteurs dont dispose le robot mesurent à la fois le poids, la taille et la quantité d’eau et de nutriments absorbé par la plante, afin de vous laisser croire que votre plante pousse par elle-même, sans jamais requérir le moindre soin supplémentaire.

Grobo-App-03.0

C’est du moins le scénario idéalisé de la startup, qui signale la présence d’une application pour se lier au pot afin de surveiller la croissance du végétal et, le cas échéant, vous prévenir d’un soin dont la plante aurait besoin.

Bien sûr, les producteurs de cannabis ne sont pas les seules cibles de la société. Celle-ci qui propose de multiples programmes s’adaptant aux graines que vous choisissez, des tomates cerises en passant par le basilic, et les herbes médicinales en tout genre. Ce qui est heureux pour les éventuels clients français, dans la mesure où la législation ne permet pas de faire pousser n’importe quoi.

Si l’on peut railler l’objectif de la startup de libérer ses clients des contraintes de plantes pour n’en garder que les avantages — dans le cas du cannabis, on devine bien de quels   « avantages » il est question — ce type d’appareil offre des perspectives intéressantes si l’on l’emploie à la production de ses propres médications végétales.

Le produit est disponible en précommande pour le prix, encore élevé, de 899 dollars.

Notez qu’à l’achat sur Shopify, le produit est proposé à 199 dollars, ce qui nous semble être une erreur, tenant compte de l’annonce par la société du prix, déjà inférieur grâce à la précommande, de 899 dollars. Nous avons signalé l’erreur au vendeur. 

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.