Wilfrid Mbappé qui tire sur les oreilles de son fils pour le réprimander ? Une vidéo humoristique fait le tour de X (Twitter), pour ironiser sur la situation de l’attaquant du PSG. On y voit un Kylian Mbappé enfant et apeuré. Une vidéo d’archive ? Non, un deepfake créé à l’aide d’une intelligence artificielle.

« Je vais régler ton problème. Je vais bien te bastonner. » Wilfrid Mbappé, le père de Kylian Mbappé, a-t-il un jour menacé son fils de cette manière ?

À en croire une vidéo devenue virale sur X (ex-Twitter), le capitaine de l’équipe de France aurait été filmé en train de se faire réprimander lorsqu’il était petit. Cette vidéo aurait refait surface le 28 août 2023, ce qui permet à de nombreux internautes de la partager en imaginant pourquoi Kylian Mbappé se ferait ainsi disputer. Comportement au PSG, faux départ au Real Madrid, refus de prolonger son contrat… La vidéo fait même le tour de l’Espagne, où certains fans du Real Madrid s’amusent à lui inventer un contexte.

Dans les commentaires, beaucoup rigolent de cette blague, tandis que d’autres se demandent s’il s’agit « vraiment de Kylian Mbappé ». La réponse est non, il s’agit d’une vidéo modifiée à l’aide d’une intelligence artificielle. Un deepfake pour être précis, c’est-à-dire une technologie qui consiste à remplacer un visage par un autre en entraînant une machine à reproduire ses expressions. Le problème est que beaucoup ne semblent pas le comprendre.

La vidéo originale à gauche, le deep fake à droite.
La vidéo originale à gauche, le deepfake à droite. // Source : Numerama

Une vidéo humoristique qui aurait pu être utilisée à mauvais escient

Le créateur de cette vidéo ne l’a pas fabriquée pour nuire à Wilfrid et à Kylian Mbappé, ce qui est déjà une bonne nouvelle. Le compte « French AI Covers », qui a eu l’intelligence d’ajouter un watermark avec le nom de son compte, est à l’origine de la blague. Depuis plusieurs semaines, il s’amuse à faire chanter des morceaux à des personnalités publiques grâce à l’IA (plus de 90 créations jusque-là), avec le projet de se lancer dans la modification de clips, grâce aux deepfakes. Son intention ici était comique, sans volonté de nuire à la famille Mbappé.

Numerama a pu discuter avec Younes, le développeur de 25 ans derrière French AI Covers, qui est un vrai passionné de technique. « Il te faut réaliser un dataset assez complet de la personne que tu veux incruster », explique le créateur de la vidéo, qui indique y être parvenu en seulement « quelques heures ». « Derrière il y a un petit travail pour rendre la vidéo plus crédible, mais qui n’est pas plus compliqué. Ajuster la qualité du masque à la vidéo, ajouter un léger flou… » Younes rassure néanmoins sur ses intentions. Il admet avoir réalisé tard « que les gens peuvent réutiliser la vidéo, car certains ne sont pas du tout sensibilisés au sujet et peuvent y croire au premier degré. »

D’ailleurs, preuve de sa bonne foi, seul le visage de Kylian Mbappé a été modifié. Le père qui gronde son fils est le même que sur la vidéo originale et ne ressemble pas réellement à Wilfrid Mbappé, tandis que les voix n’ont pas été modifiées pour rajouter celles du footballeur et de son père. Toujours est-il que, pour certaines personnes, la confusion reste possible. Une telle vidéo utilisée dans un contexte diffamatoire pourrait prêter à Wilfrid Mbappé des propos et des gestes qu’il n’a pas tenus et nuire à son image. Les deepfakes créent de nouvelles façons de manipuler les fait, en simplifiant la création de fausses vidéos. Ces technologies sont de plus en plus accessibles grâce à « la puissance des cartes graphiques depuis quelques générations », comme nous l’explique Younes.

En recherchant « Mbappé » sur X, au milieu de nombreuses publications sur l’attaquant du PSG, on peut voir ce 29 août que certaines personnes ont modifié la vidéo de French AI Covers pour cacher son nom à l’aide d’un logo, afin de volontairement entretenir le doute. Ces publications ne sont heureusement pas très populaires, mais montrent qu’une nouvelle forme de harcèlement est possible avec ce type de contenus. La preuve qu’il est de plus en plus difficile en 2023 de distinguer le vrai du faux, surtout quand il est aussi bien fait.

D’ailleurs, à titre anecdotique, Younes nous explique avoir entraîné la machine avec des vidéos de Kylian Mbappé adulte, et non pas enfant. On jurerait pourtant qu’il s’agit de lui lorsqu’il était plus petit. La preuve que l’IA peut parfois être très étonnante. « Aujourd’hui le deepfake est poussé à un niveau tel qu’il y a un calcul pour reproduire l’ombre, l’éclairage et la taille de la tête de la vidéo originale », analyse le créateur de French AI Covers.

Les deepfakes peuvent aussi servir le bien

Si cet extrait peut évidemment faire peur, il pose aussi plusieurs questions légales. Peut-on modifier une vidéo sans en avoir les droits ? Devient-on son propriétaire à partir du moment où on l’a modifiée ? Comment s’assurer qu’elle ne sera pas utilisée pour faire le mal ? Les deepfakes sont encore un chantier et inquiètent depuis des années, sans que l’on puisse les encadrer pour l’instant. La seule solution reste l’éducation en ligne, en apprenant aux gens à toujours se méfier de ce qu’ils regardent (et c’est encore plus vrai pour les contenus politiques). French AI Covers a ainsi décidé d’ajouter un second tweet sous sa publication originale, pour indiquer qu’il s’agit d’une blague.

Dans d’autres cas, les deepfakes peuvent aussi avoir un intérêt pédagogique. Cours d’histoire, images d’archives améliorées, reconstitution de vidéos avec des personnalités disparues (comme l’émission Hôtel du temps de Thierry Ardisson)… Une seule chose est sûre : il n’a jamais été aussi facile d’imiter un visage et une voix, avec tous les risques qu’il y a derrière.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !