C’est un deuxième lancement réussi pour Astra. C’est un succès important pour la jeune entreprise américaine, qui collectionnait les échecs jusqu’à présent.

Cette fois, c’est la bonne. Après un début d’année marqué par un échec, Astra retrouve le chemin du succès. L’entreprise américaine est parvenue à mener à bien une mission spatiale, numérotée LV0009. Celle-ci consistait à délivrer en orbite diverses charges utiles de petit gabarit, dans le cadre d’un « covoiturage spatial ».

Le but d’un vol partagé est de regrouper plusieurs partenaires pour s’offrir un lancement, parce qu’il est hors de prix pour un seul participant ou bien parce que la valeur de la charge utile à mettre en orbite (ou l’enjeu de la mission) ne correspond pas au coût du vol. D’autres entreprises proposent aujourd’hui ce type de prestation, comme Arianespace ou SpaceX.

Un deuxième succès pour Astra

La réussite de la mission LV0009 a été annoncée le 15 mars 2022 sur Twitter par l’entreprise : « Nous pouvons confirmer le déploiement réussi des satellites de la mission Astra-1 de Spaceflight aujourd’hui. Nous sommes reconnaissants à notre partenaire spaceflight et incroyablement fiers du succès de cette mission ». La veille, un contrat entre Astra et Spaceflight avait été dévoilé.

Astra avait bien besoin d’un succès pour remonter la pente. Il s’agissait pour la jeune société de se remettre en selle après un début d’année forcément décevant. Son raté, dont les causes ont depuis été identifiées et traitées, n’a pas permis d’honorer un accord avec la Nasa, entraînant la perte de cubesats, des satellites pas plus gros qu’une boite à chaussures.

Astra
Un exemple de décollage d’une fusée Astra. // Source : Astra

Et surtout, Astra devait démontrer que son précédent et unique succès n’a pas été un formidable coup de chance. L’entreprise procède depuis 2018 à des lancements et sur les sept missions planifiées (en ne comptant pas celle du 15 mars), il n’y en a qu’une, en novembre 2021, qui a été menée à son terme — Astra revendique un succès pour les deux premières, des tests, mais c’est contesté.

Le vol du 15 mars est aussi la première mission commerciale qui est couronnée de succès pour la compagnie — le vol de novembre ayant été mené au profit de l’US Space Force, une branche de l’armée américaine. « Astra vient de livrer les premières charges utiles de ses clients en orbite terrestre ! », s’est d’ailleurs félicité Chris Kemp, le patron d’Astra, sur Twitter.