Le 12 décembre 1961, Oscar 1 partait dans l’espace pour près de trois semaines. Il n’avait qu’un seul but : vous saluer depuis l’orbite.

Oscar 1 partait dans l’espace pour près de trois semaines, le 12 décembre 1961. Il n’avait qu’un seul but : vous saluer depuis l’orbite.

C’était il y a soixante ans. Très exactement, soixante ans et une semaine. Le 12 décembre 1961, le satellite Oscar 1 (acronyme de Orbiting Satellite Carrying Amateur Radio) décollait de la base aérienne de Vandenberg, en Californie. Le satellite devenait à cette occasion le tout premier satellite radio amateur à être placé autour de la Terre, en orbite basse.

Le saviez-vous ? Il y a 60 ans était lancé le premier satellite à vous dire littéralement « coucou »
Oscar 1, avec sa longue antenne. // Source : Smithsonian Institution

Mais l’anniversaire du lancement d’Oscar 1 est pour ainsi dire un prétexte pour revenir un peu sur l’histoire de ce satellite, qui est arrivé dans l’espace quatre ans après Spoutnik, le tout premier satellite de l’histoire. Car Oscar 1 a quelques particularités à faire valoir, à commencer par le fait qu’il a été tout simplement le premier à ne pas être rattaché à un gouvernement.

Il faut comprendre dans quel contexte géopolitique l’espace se trouvait dans les années 60 pour saisir la rupture que peut constituer un projet comme Oscar. Les États-Unis et l’Union soviétique sont en pleine guerre froide. Une course à l’espace s’est même engagée entre les deux superpuissances, depuis que Moscou a lancé le tout premier satellite de l’histoire, avec Spoutnik.

Ce n’est pas là le seul aspect fascinant d’Oscar. C’est aussi un satellite qui a coûté très peu cher à fabriquer (63 dollars à l’époque !), a fait savoir le 13 décembre sur Twitter le musée national de l’air et de l’espace de l’institution Smithsonian à Washington. Le lancement lui-même a toutefois coûté plus cher, comme tous les tirs de fusée — à l’époque, c’est un lanceur Thor-Agena B.

Un salut venant de l’espace

Mais la vraie anecdote d’Oscar 1, c’est qu’il a émis tout au long de sa brève carrière opérationnelle — il n’a fonctionné que pendant vingt jours — un seul et unique message : « hi », c’est-à-dire « salut », « coucou » ou « bonjour », en morse. Et tout au long de sa courte existence, des milliers de personnes pratiquant la radio amateur pouvaient capter ce signal et le décoder pour lire le salut spatial d’Oscar 1.

Selon l’institution Smithsonian, ce sont pas moins de vingt-huit pays dans le monde qui pouvaient capter les transmissions d’Oscar 1. Aujourd’hui, il n’est plus possible d’entendre le satellite : celui-ci a cessé ses opérations il y a bien longtemps, le 3 janvier 1962. Il a été précipité dans l’atmosphère quelques semaines plus tard, le 31 janvier 1962.

Il y a toutefois une bonne nouvelle : il demeure possible d’écouter le signal en morse d’Oscar 1 depuis une sauvegarde originale du satellite. Pas besoin de vous brancher spécialement sur une fréquence, d’ailleurs vous ne capteriez pas Oscar 1 de toute façon (le satellite diffusait sur la bande 145 MHz) : des vidéos sur YouTube vous permettent d’avoir un aperçu :

Après Oscar 1, trois autres satellites pour radioamateur ont été mis en orbite dans les années 60 : Oscar 2 (1962), Oscar 3 (1965) et Oscar 4 (1965-1966). Depuis cette époque, des dizaines de satellites équipés de transpondeurs pour les radioamateurs ont été envoyés dans l’espace. Il y en a aujourd’hui plus de 140 de ce type qui sont actifs tout autour du globe.