Les débris spatiaux créés avec la destruction d'un ancien satellite russe ont déjà causé des problèmes pour la Station Spatiale Internationale, et ils pourraient en causer d'autres. Des vidéos permettent de mieux visualiser leur trajectoire, et leur proximité avec d'autres appareils spatiaux.

Le 16 novembre, la Russie a détruit l’un de ses anciens satellites avec un tir de missile. Ce qui était un test militaire pour évaluer la capacité de destruction des satellites du pays a été très critiqué par de nombreux organismes, tels que la NASA.

Ce tir, en détruisant l’ancien satellite, a surtout créé énormément de débris spatiaux, qui représenteront une menace sur le long terme, notamment pour la Station Spatiale Internationale. Des photos des débris ont déjà pu être prises par un réseau de télescopes, mais de nombreuses visualisations en vidéos, repérées par The Verge et réalisées par différents organismes, permettent encore mieux de se rendre compte du nombre de débris — et du problème qu’ils posent d’ores et déjà.

Vous pouvez visualiser les débris spatiaux créés par le tir de missile russe // Source : Ansys

Des visualisations qui permettent de se rendre compte de l’ampleur du problème

Les débris spatiaux sont suivis de près par la NASA, par la France, mais aussi par de nombreux organismes afin de pouvoir éviter d’éventuelles futures menaces. C’est le cas du EUSST (EU Space Surveillance and Tracking), l’agence européenne de tracking et de surveillance de l’espace. L’EUSST a d’ores et déjà réalisé plusieurs modélisations de l’impact et de ses conséquences, et les conclusions sont impressionnantes : les débris spatiaux créés se dispersent sur une zone de plus en plus étendue. Et, d’après l’agence, ils risquent d’avoir un impact «  sur la sécurité des infrastructures spatiales européennes ».

L’EU SST a également rendu publique une autre vidéo, dans laquelle nous pouvons voir l’orbite de nombreux appareils spatiaux actifs, et celle des débris spatiaux du satellite. Sur cette vidéo, les points rouges représentent les débris spatiaux (qui ne sont pas à échelle, précise l’EUSST), et les lignes blanches les trajectoires des appareils. Le résultat montre bien qu’à certains endroits, les débris passent dangereusement proche de ces appareils.

Un autre organisme a réalisé des cartes très précises résumant la situation. AGI, une entreprise spécialisée dans l’ingénierie a publié une vidéo qui illustre à quel point les débris sont passés à proximité de l’ISS.

Le suivi de ces débris va être, au fil du temps, rendu encore plus difficile par la dispersion des débris. Hugh Lewis, un professeur à l’université de Southampton et une spécialiste des débris spatiaux a expliqué à The Verge que « le nuage de débris va se transformer avec le temps. Les fragments de débris situés dans les orbites les plus basses vont tomber sur Terre plus rapidement, tandis que ceux dans les zones plus hautes vont rester dans l’espace plus longtemps », note-t-il. Un défi pour les agences spatiales, pour les années à venir.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo