Fin avril, la planète Vénus a atteint son éclat maximal. En ce moment, on peut constater sa brillance en l'observant dans le ciel dégagé, le soir. Comment se fait-il que l'étoile du Berger paraisse si lumineuse ?

Elle brille en ce moment dans le ciel, le soir, à partir de 21h environ. La planète Vénus est particulièrement éclatante en ce moment : le 28 avril 2020, elle a atteint son éclat maximal. On estime son maximum de luminosité à une magnitude apparente de –4,8 (plus un objet brille, plus sa magnitude est négative).

Pour quelles raisons est-elle aussi brillante ces temps-ci ? Pour le comprendre, il faut déjà rappeler pourquoi Vénus possède un éclat particulier en temps habituel. Ce n’est pas pour rien que ce point brillant a été surnommé « étoile du Berger » (même s’il s’agit bien d’une planète). « Vénus est plus proche du Soleil que la Terre et reçoit donc toujours plus de lumière, c’est un premier ingrédient », explique à Numerama Sébastien Derriere, astronome à l’observatoire de Strasbourg. C’est d’ailleurs parce que Vénus est proche du Soleil qu’on ne peut la voir que le soir, juste après le coucher du Soleil, ou le matin, juste avant son lever.

La Lune et Vénus. // Source : Flickr/CC/blackpictures (photo recadrée et modifiée)

Une autre caractéristique de Vénus explique son éclat singulier. « Son albédo, c’est-à-dire la fraction de lumière reçue du Soleil qu’elle reflète, est très élevée : deux fois plus que la Terre et plus de 6 fois celle de notre Lune (dont la surface est en fait très peu réfléchissante) », poursuit le spécialiste.

La distance Terre-Vénus ne cesse de varier

La distance entre Vénus et notre planète joue aussi un rôle. La planète se trouve actuellement à environ 58 millions de kilomètres de nous (cette distance va continuer de diminuer jusqu’au début du mois de juin). « La distance entre la Terre et Vénus varie sans cesse, car les deux planètes sont en orbite autour du Soleil, avec des périodes différentes (224 jours pour Vénus) », poursuit Sébastien Derriere, qui ajoute néanmoins que « cette distance reste assez petite par rapport aux autres planètes, donc Vénus est toujours très brillante dans le ciel ». La proximité de Vénus avec le Soleil a une contrepartie : lorsque la position apparente de la planète est trop proche de notre étoile, il n’est plus possible de l’observer.

Il faudra patienter pour retrouver la même configuration entre la Terre, la planète et le Soleil — on appelle ceci la période synodique. « Elle est de 583 jours pour Vénus », indique l’astronome. Autrement dit, il faut compter environ 19 mois pour revenir à la même configuration.

Si l’astre suscite beaucoup d’intérêt en ce moment, peut-être est-ce aussi en raison de la situation de confinement, justifiée par l’épidémie de coronavirus : l’observation des cieux est une activité qui peut se pratiquer chez soi et Vénus fait partie des objets les plus aisés à repérer, même lorsqu’elle est un peu moins éclatante qu’en ce moment.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo