Un étonnant amas d'étoiles a été découvert dans la Voie lactée. Leur formation serait d'origine extragalactique : les étoiles se seraient formées à partir de matière contenue dans les nuages de Magellan, des galaxies que la nôtre va un jour heurter.

La Voie lactée accueille des étoiles dont l’origine est extragalactique. Ces astres se sont formés à partir de matériaux venus d’autres galaxies, avec lesquelles la Voie lactée devrait un jour entrer en collision. Cette découverte a été présentée le 7 janvier 2020 par la Fondation Simon. Elle fait l’objet de deux études qui ont été publiées dans The Astrophysical Journal les 5 et 15 décembre.

« Nous rapportons ici la première découverte d’un amas de jeunes étoiles dans le halo de la Voie lactée qui semble être associé à un flux du LMC ou SMC », c’est-à-dire du Grand Nuage de Magellan (« Large Magellanic Cloud ») ou du Petit Nuage de Magellan (« Small Magellanic Cloud »), écrivent les scientifiques dans la première des deux études. Ces deux galaxies naines sont des satellites de la Voie lactée. Dans deux milliards d’années, la Voie lactée devrait heurter le Grand Nuage de Magellan — et donc, le plus petit aussi, car les deux nuages de Magellan sont liés entre eux par un « pont magellanique ».

Les nuages de Magellan. // Source : Flickr/CC/cafuego (photo recadrée, annotations Numerama)

La Voie lactée arrache de la matière aux deux nuages

La formation des étoiles découvertes dans notre galaxie aurait une origine extérieure à la Voie lactée. Elle semble être liée à ce que l’on appelle le courant magellanique : ce courant de matière est provoqué par le passage des deux nuages de Magellan dans le voisinage de la Voie lactée. Autrement dit, notre galaxie arrache de la matière aux deux nuages. Selon les auteurs, il est plausible que l’amas stellaire découvert, qu’ils identifient sous le nom « Price-Whelan 1 », se soit formé « dans le bras principal du courant magellanique lorsqu’il traverse le disque galactique ». Les auteurs ajoutent que l’âge relativement jeune de l’amas, qui a 117 millions d’années, va dans le sens de cette hypothèse.

Les auteurs indiquent que ce n’est pas la première fois que des jeunes étoiles sont découvertes dans le bras principal du courant magellanique ou dans l’environnement proche du Grand Nuage de Magellan. « Cependant, c’est la première fois qu’un jeune amas stellaire entier est détecté si loin des nuages », constatent les chercheurs. Cette détection pourrait permettre de représenter encore plus précisément le système formé par les deux nuages de Magellan, d’un côté, et la Voie lactée, de l’autre. Elle pourrait aussi s’avérer utile pour savoir si les deux nuages ont déjà heurté la Voie lactée dans le passé.

Une carte de la Voie lactée, des nuages de Magellan et de l’amas découvert. // Source : D. Nidever ; NASA (photo recadrée, annotation Numerama)

Étudier la formation d’étoiles dans un environnement unique

Les scientifiques ont découvert l’amas d’étoiles en travaillant sur le catalogue de données de la mission Gaia, le satellite de l’Agence spatiale européenne. Ils ont recherché des étoiles bleues dans ce jeu de données et découvert des amas d’étoiles à proximité. L’un d’eux était inconnu jusqu’à alors : il s’agissait de Price-Whelan 1. Les auteurs ont été surpris de voir de jeunes étoiles aussi loin, car elles sont généralement situées sur le disque de la Voie lactée.

Grâce à cette découverte, les scientifiques espèrent avoir l’opportunité « d’étudier la formation d’étoiles dans un environnement unique […] contrairement à celui du disque de la Voie lactée ou de toute autre région locale de formation d’amas », concluent-ils.

Crédit photo de la une : Pexels (photo recadrée)

Partager sur les réseaux sociaux