Le printemps a lieu le 20 mars cette année, comme le rappelle le Doodle de Google aujourd'hui. Pourquoi l'équinoxe de printemps ne tombe-t-elle pas le 21 mars en 2019 ? La réponse se trouve dans notre calendrier et la position de la Terre.

Cette année, le printemps commence le 20 mars. Google a d’ailleurs choisi de célébrer l’événement dans un Doodle représentant notre planète surmontée d’une fleur. Pourquoi l’équinoxe de printemps, souvent associée à la date du 21 mars, tombe-t-elle un jour plus tôt en 2019 ?

Depuis la fin du 16e siècle, nous utilisons le calendrier grégorien. Ce calendrier solaire, divisé en 12 mois, ne rend pas compte d’une réalité : la Terre met 365,2422 jours (ou environ 365 jours, 5 heures et 48 minutes) à faire une rotation autour du Soleil. En d’autres termes, il y a un écart entre ce qu’on appelle l’année tropique et l’année calendaire.

Le Doodle du 20 mars 2019. // Source : Google

L’équinoxe reviendra un 21 mars en… 2102

Ce décalage est compensé par les années bissextiles : elles consistent à ajouter un jour de plus, tous les 4 ans, à la fin du mois de février. Ce choix a une conséquence sur la date de l’équinoxe, qui se trouve décalée. L’équinoxe de mars ne tombera plus un 21 mars avant 2102.

Il faut aussi parler de l’inclinaison de la Terre. On parle d’équinoxe lorsque le Soleil est au zénith sur l’équateur terrestre, c’est-à-dire un point situé à la verticale au dessus de nos têtes. Deux équinoxes se produisent chaque année : un premier entre le 19 et le 21 mars (qui marque le passage de l’hiver au printemps dans l’hémisphère nord) et un deuxième entre le 21 et le 24 septembre (le passage de l’été à l’automne).

Les équinoxes sur l’orbite terrestre. // Source : Wikimedia/Duduf

L’axe de rotation de la Terre est incliné

Lorsque la Terre tourne autour du Soleil, son axe de rotation est incliné d’environ 23 degrés, si l’on prend pour référence le plan formé par son orbite. En raison de cette inclinaison, les deux hémisphères sont alternativement orientés vers notre étoile. Pendant une moitié de l’année, l’hémisphère nord est plus « penché » vers le Soleil, puis c’est le tour de l’hémisphère sud.

C’est cette situation qui change lors d’un équinoxe : aucun hémisphère n’est orienté plus que l’autre vers le Soleil. L’étoile se trouve donc bien au zénith de l’équateur.

L’équinoxe de printemps n’est pas la seule à connaître le décalage que nous observons encore en 2019. Il est aussi valable pour l’équinoxe de septembre, qui ne devrait pas tomber le 21 avant 2092.

Partager sur les réseaux sociaux