L'astronaute Anne McClain en mission à bord de la Station Spatiale internationale a pénétré dans la capsule Dragon. L'habitacle envoyé par SpaceX s'est amarré correctement à l'ISS.

La capsule Dragon de SpaceX s’est envolée vers la Station Spatiale internationale le 2 mars 2019. L’astronaute américaine Anne McClain a pu pénétrer dans l’habitacle, arrivé après un vol d’essai inhabité.

Dans un tweet publié le 3 mars 2018 par @Space_Station, le compte de la Nasa dédié à l’ISS, l’astronaute entre dans la capsule Dragon de SpaceX, amarrée à l’ISS. Elle y découvre les invités du voyage, le mannequin Ripley et une peluche en forme de Terre miniature. La veille, Anne McClain avait décrit une « nuit calme sur la station spatiale, avant qu’une nouvelle ère de vols spatiaux arrive devant [la] porte d’entrée ».

Lancement et amarrage réussis

« Félicitations à toutes les équipes qui ont fait du lancement d’hier et de l’amarrage d’aujourd’hui un succès. Ces incroyables exploits nous montrent non pas à quel point nos missions sont faciles, mais combien nous sommes capable de faire des choses difficiles », énonce l’astronaute dans cette vidéo.

La mission commerciale opérée par Space X en partenariat avec la Nasa est une première : ce test doit permettre de vérifier que la capsule pourra bien envoyer des humains à bord de la Station Spatiale internationale. Pour arriver à destination, la capsule Dragon avait été installé au sommet d’une fusée Falcon 9.

L’intérieur de la capsule Dragon. // Source : Wikimedia/CC/SpaceX Photos (photo recadrée)

L’amarrage réussi et l’entrée de l’astronaute au sein de l’habitacle rendent de plus en plus concrète la perspective que la Nasa devienne un jour cliente de SpaceX. L’entreprise privée pourrait ainsi assurer les liaisons avec l’ISS, pour le compte de l’agence spatiale américaine.

Avant cela, la capsule Dragon doit encore faire ses preuves. À la fin de son séjour à bord de l’ISS, elle se décrochera automatiquement avant d’effectuer une descente contrôlée vers la Terre. Si l’habitacle réussi à se poser sans heurts, la Nasa et SpaceX pourront envisager de passer à un test de vol habité par des humains.

Partager sur les réseaux sociaux