SpaceX déploie des satellites de nouvelle génération pour Starlink. Les premiers exemplaires sont partis et leurs caractéristiques sont dévoilées progressivement.

« Une fusée Falcon 9 lance 21 satellites Starlink de deuxième génération en orbite. » Voilà le tweet partagé l’entreprise américaine Starlink le 28 février 2023, en l’agrémentant de quelques photos splendides. Des satellites de deuxième génération ? Voilà déjà quelques mois que l’on en parle. Mais, cette nouvelle version est en fait déclinée en deux variantes.

De nouveaux satellites Starlink V2

Il s’avère que cette première grappe est composée de satellites dits « V2 Mini ». Il s’agit d’une version un peu plus compacte des satellites V2 classiques. Pour autant, il n’y a pas eu de concession quant aux performances de ces engins, à en croire la compagnie américaine. En somme, ils sont petits, mais costauds. En tout cas plus que les engins de première génération.

« Les satellites V2 lancés sur Falcon 9 sont un peu plus petits, c’est pourquoi nous les appelons affectueusement les satellites V2 Mini. Mais ne vous laissez pas tromper par le nom, un satellite V2 Mini a quatre fois la capacité de desservir les utilisateurs par rapport à ses homologues précédents », indique SpaceX dans une brochure présentant ces appareils.

Starlink V2 Mini
Les engins en question. // Source : Starlink

Pourquoi avoir développé deux versions différentes des satellites de nouvelle génération ? Tout simplement parce que la fusée Falcon 9 n’est pas en capacité d’accueillir les satellites V2 standard. Compte tenu de leur dimension, il faut passer au lanceur d’après, le Starship. Or celui-ci n’est toujours pas opérationnel, malgré un chantier de plusieurs années.

De fait, les V2 Mini apparaissent être une solution provisoire, en attendant l’entrée en service du Starship. D’ailleurs, le Falcon 9 n’a visiblement pas la possibilité d’en transporter autant que les satellites V1. D’ordinaire, chaque grappe rassemble 60 satellites au maximum. Dans le tir annoncé le 28 février, il y en avait trois fois moins.

Le site SpaceFlight Now signalait le 26 février dernier que chaque satellite V2 Mini pèse environ 800 kg (trois fois plus que la génération précédente). Ils sont plus gros (4,1 mètres de large) et, quand ils déploient leurs panneaux solaires, leur envergure atteint 30 mètres, contre 11 pour le modèle d’avant. Rien d’étonnant, donc, à ce que la fusée Falcon 9 en accueille moins d’un coup.

Falcon 9 Starlink SpaceX
Le départ des satellites next gen. // Source : SpaceX

Propulseurs différents, performances en hausse

Les satellites V2 Mini fonctionnent sur les bandes Ku et Ka, mais aussi la bande E pour le réseau backhaul. Avec ces évolutions, dont l’emploi d’antennes réseau à commande de phase, Starlink pourra « fournir une capacité par satellite environ 4 fois supérieure à celle des itérations précédentes », souligne l’entreprise dans un tweet paru fin février.

En matière de performances pures, SpaceX n’a pas donné d’indication chiffrée très précise. Le groupe dit qu’il va pouvoir « fournir plus de bande passante avec une fiabilité accrue », connecter davantage de monde. En comparaison, la génération 1 prévoit des débits allant de 2 à 30 Mbps (selon le forfait) et une latence allant de 25 à 90 millisecondes (idem).

Par ailleurs, les satellites V2, Mini ou classiques, sont censés avoir un éclat moindre pour limiter la gêne des astronomes observant l’univers depuis la Terre.

« Bien que nos satellites V2 Mini sont plus larges que les versions précédentes, nous nous attendons à ce qu’ils soient aussi sombres, voire plus, une fois que toutes les mesures d’atténuation auront été mises en œuvre et que les satellites auront atteint leur orbite opérationnelle », assure SpaceX, qui renouvelle son engagement à travailler sur des solutions additionnelles d’atténuation.

Dernière évolution notable : la propulsion : les V2 Mini sont équipés de nouveaux propulseurs à effet Hall, avec une base d’argon (du gaz) pour améliorer la manœuvre en orbite. Ils sont annoncés comme 2,4 fois plus performant en poussée et 1,5 fois meilleur en impulsion spécifique. D’après SpaceX, ces propulseurs à base d’argon sont une première dans l’espace.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !