Après 55 jours de confinement, les salles de cinéma ne sont toujours pas autorisées à rouvrir leurs portes pour accueillir du public, du fait d'un risque trop grande contamination. Aussi le CNC a-t-il la possibilité d'autoriser certains films à sortir plus en VOD, afin de sauver autant que possible leur carrière commerciale.

55 jours. C’est la durée du confinement en France, qui a démarré le 17 mars et a cessé le 11 mai. Depuis cette date, l’activité économique reprend peu à peu, avec toutefois beaucoup de précautions, pour éviter de faire repartir l’épidémie de coronavirus. Mais pour les salles de cinéma, lieux confinés où se côtoient de près les spectateurs, le bout du tunnel n’est pas pour tout de suite.

Une sortie en VOD accélérée

Pour les exploitants de salles, c’est un désastre. Pour les films également, qu’il s’agisse de ceux qui sont sortis au cinéma quelques jours ou quelques semaines avant la mise en place de la quarantaine et qui n’ont donc pas pu avoir la carrière commerciale qu’ils espéraient, ou bien qu’il s’agisse des productions qui devaient faire leurs débuts au cours du printemps.

Le gouvernement n’ignore pas le péril qui guette la filière cinéma. Aussi a-t-il autorisé le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) à décider de sortir des films en vidéo à la demande (VOD) plus rapidement, même si cela interfère avec les règles de la chronologie des médias. Un conseil d’administration survenue le 1er avril a entériné ce plan, en marge des autres aides à l’industrie.

Ce dispositif est proposé notamment aux films déjà sortis en salles, mais aussi pour ceux qui n’ont pas la possibilité de reporter leur sortie plus tard dans l’année. Cela concerne pour l’heure les longs-métrages sortis ou planifiés pour le début de l’année, entre janvier et mai 2020. Mais ceux de juin et les suivants pourraient aussi devoir envisager de passer par une sortie en VOD.

En effet, la réouverture des lieux culturels comme les cinémas n’est pas envisagée avant le 2 juin. Tout dépendra de la situation sanitaire à cette date.

Le retour dans les salles de cinéma n’est pas envisageable avant au moins le 2 juin. // Source : Alwyn Ladell

Une légère entorse à la chronologie des médias

Armé de ses nouvelles prérogatives, le CNC est donc en mesure de faire une entorse à la chronologie des médias, afin de bousculer les fenêtres d’exploitation des longs métrages selon le support (DVD, TV, SVOD, etc.), après leur passage dans les salles obscures. Et c’est ce qui est en train de se passer.

En général, une période d’attente de quatre mois (trois pour les films de moins de 100 000 entrées) est observée entre une exploitation en salles et la sortie en vente et location (DVD, VOD, Blu-ray).

Il s’avère que les productions étrangères aussi sont intéressées par ce dispositif, puisque l’on trouve des œuvres hollywoodiennes, mais aussi des longs-métrages venant d’un peu partout sur la planète, d’Iran au Japon, d’Argentine à la Tunisie.

L’entorse à la chronologie des médias reste toutefois limitée. Le CNC ne touche pas aux autres fenêtres, comme celle pour les plateformes de streaming payantes, c’est-à-dire la SVOD à la Netflix. Celles-ci doivent toujours patienter 36 mois avant d’ajouter ces films à leur catalogue. Mais puisqu’un premier décalage de 3 mois a eu lieu, cela va rapprocher mécaniquement de 3 mois toutes les autres fenêtres.

Quels films ont été autorisés à sortir en VOD ?

Après la publication d’une première liste de films autorisés à sortir en VOD, incluant des productions françaises comme on s’y attendait, mais aussi des œuvres étrangères, comme 1917 de Sam Mendès ou Le Cas Richard Jewell de Clint Eastwood, le CNC a partagé une nouvelle liste le 24 avril. Celle-ci a de nouveau été actualisée le 13 mai, avec l’inclusion de sept nouveaux longs-métrages :

Vivarium, de Lorcan Finnegan, Une sirène à Paris, de Mathias Malzieux, Lara Jenkins, de Jan-Ole Gerster, Ducobu 3, d’Élie Semoun, Woman, de Yann Arthus-Bertrand, La Cravate, d’Étienne Chaillou et Mathias Thery, et Wet Season, d’Anthony Chen.

La liste complète :

Titre du filmRéalisation
La fille au braceletDEMOUSTIER Stéphane
La véritéKORE EDA Hirokazu
MonosLANDES Alejandro
SamsamDE KERMEL Tanguy
#JesuislàLARTIGAU Eric
Histoire d’un regardOTERO Mariana
Les siffleursPORUMBOIU Corneliu
Papi SitterGUILLARD Philippe
PlayMARCIANO Anthony
Un divan à TunisLABIDI LABBE Manele
Une belle équipeHAMIDI Mohamed
Au cœur du mondeMARTINS Gabriel, MARTINS Maurilio
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley QuinnYAN Cathy
La voie de la justiceCRETTON Daniel Destin
Le lac aux oies sauvagesYINAN Diao
Le lionCOLBEAU-JUSTIN Ludovic
Mine de rienMLEKUZ Mathias
Notre DameDONZELLI Valérie
SelfieBIDEGAIN Thomas, FITOUSI Marc, AUROUET Tristan, GELBLAT Cyril et LEBASQUE Vianney
Une mère incroyableLOLLI Franco
AdamTOUZANI Maryam
Cuban NetworkASSAYAS Olivier
Des hommesODIOT Alice, VIALLET Jean-Robert
Le cas Richard JewellEASTWOOD Clint
Sonic le filmFOWLER Jeff
1917MENDES Sam
Invisible ManWHANNELL Leigh
Le voyage du dr DolittleGAGHAN Stephen
L’esprit de familleBESNARD Eric
LuckyVAN HOOFSTADT Olivier
Queen & SlimMATSOUKAS Melina
Oskar et LilyTAJMIR RIAHI Arash
Un vrai bonhommePARENT Benjamin
Mission YétiGRECO Pierre, FLORENCE SAVARD Nancy
Les traducteursROINSARD Régis
L’État sauvagePERRAULT David
10 jours sans mamanBERNARD Ludovic
La danse du serpentQUIROS UBEDA Sofia
Le prince oubliéHAZANAVICIUS Michel
SortilègeSLIM Ala Eddine
DeuxMENEGHETTI Flippo
The GentlemenRITCHIE Guy
ChutGUILLON Alain, WORMS Philippe
La dernière vie de SimonKARMANN Léo
SoumayaABU-USAYD Ubaydah
En avantSCANLON Dan
L’appel de la forêtSANDERS Chris
VivariumFINNEGAN Lorcan
Une sirène à ParisMALZIEUX Mathias
Lara JenkinsGERSTER Jan Ole
Ducobu 3SEMOUN Elie
JudyGOOLD Rupert
Dark WatersHAYNES Todd
RadioactiveSATRAPI Marjane
JeanneDUMONT Bruno
Un jour si blancPALMASON Hlynur
WomanARTHUS-BERTRAND Yann
La cravateCHAILLOU Etienne, THERY Mathias
Wet SeasonCHEN Anthony

(mise à jour le 15 mai avec l’extension de la liste de films autorisés)

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo