Maire d’une toute petite ville, perdue au milieu de la forêt, utilisez au mieux les ressources qu’on vous impose pour développer votre charmante petite bourgade.

Aussi petite soit-elle, être maire d’une ville demande de nombreuses compétences. Mais dans Les Petites Bourgades, le plus important est de s’adapter aux ressources dont on dispose, et d’agencer les bâtiments en symbiose. Tout un programme !

Chaque joueur commence la partie avec un petit plateau personnel quadrillé de seize cases. C’est sa petite bourgade. Du moins, ça le deviendra au cours de la partie, car pour l’instant on dirait plutôt un terrain vague.

On pourra y construire maisons, fermes, tavernes, puits, usines, etc. Chaque bâtiment rapporte des points en fin de partie, selon son placement, les constructions adjacentes, le nombre de fois qu’il est présent dans la ville, etc.

Les Petites Bourgades
La partie peut commencer // Source : Lucky Duck Games

Mais pour cela, il faut disposer des matériaux de construction nécessaires, et placés selon une disposition stricte propre à chaque bâtiment. Le puits par exemple ne peut être construit qu’avec de la pierre et du bois côte à côte. La ferme est formée par un carré de deux blés et deux bois. Voilà pour les plus simples : d’autres sont nettement plus compliqués à construire.

Quand vient son tour, un joueur décide du type de ressources fourni, et tous les joueurs doivent, obligatoirement, placer un cube de cette ressource sur une case vide de leur plateau. Même si ça ne les arrange pas. Dès que des ressources nécessaires pour construire un bâtiment sont correctement agencées, on peut les enlever du plateau pour les remplacer par le pion du bâtiment en question.

Les tours se suivent de la sorte, chaque joueur forçant alternativement le placement d’une ressource de son choix à l’ensemble de la tablée. Dès que toutes les cases du plateau d’un joueur sont occupées, soit par des bâtiments, soit par des matériaux, sa partie s’arrête. Et quand tous les plateaux sont pleins, on passe au décompte. Les bâtiments construits rapportent des points, les cases vides en font perdre. Et le joueur ayant le plus grand total l’emporte.

Pourquoi c’est bien

La boîte du jeu donne tout de suite envie de l’essayer : les couleurs sont chaudes, attirantes, les petits animaux vaquant à leurs occupations laissent imaginer un jeu des plus mignons.

Il faut avouer qu’on est un peu déçu de ce côté-là : l’aspect anthropomorphique est en réalité totalement absent. C’eut été des humains, le jeu serait en tous points identique. Dommage.

Le matériel, en revanche, ne déçoit pas, c’est même une très agréable surprise. Les cartes des bâtiments sont aussi belles que la boîte, mais surtout chacun d’eux dispose d’un pion spécifique : pas seulement par la couleur, mais surtout par la forme. On reconnait une petite ferme, ce qui ressemble à une église, etc.

Les Petites Bourgades
Source : Lucky Duck Games

Les règles sont simples à comprendre. Les 14 ans indiqués sur la boîte sont un peu surévalués. Le jeu est parfaitement accessible dès 10 ans. À condition de laisser les bâtiments un peu plus complexes de côté pour les premières parties. En revanche, il faut savoir planifier ses constructions, agencer les différentes ressources sur son plateau pour ne pas se retrouver bloqué, et surtout savoir s’adapter en permanence aux matériaux choisis par les autres. Parce que, bien sûr, ils ne correspondront que trop rarement à nos propres besoins.

Un sans-faute pour ce jeu familial extrêmement plaisant

Les règles ne changent pas d’un iota quel que soit le nombre de joueurs. Les sensations en cours de partie, si. En effet, plus le nombre est élevé, moins il est facile de prévoir ses prochains tours, et de faire attention à ce que font les autres, pour éventuellement les embêter en prenant une ressource qui ne les arrange pas du tout. C’est pourquoi nous vous conseillons de vous limiter à quatre joueurs. Au-delà, le jeu reste agréable, mais nettement plus chaotique.

Les Petites Bourgades fait forte impression dès l’ouverture de la boite, grâce à son matériel foisonnant. Son renouvellement est largement assuré par le grand nombre de combinaisons de bâtiments possibles. On regrettera simplement son manque d’interaction, chacun jouant tout seul dans son coin. Mais peut-être que l’extension, tout juste sortie en anglais, et pour laquelle nous espérons une traduction prochaine, viendra corriger ce petit défaut. Pour le reste, c’est un sans-faute pour ce jeu familial extrêmement plaisant.

  • Les Petites Bourgades est un jeu de Peter McPherson
  • Illustré par Gong Studios et Matt Paquette
  • Édité par Lucky Duck Games
  • Pour 1 à 6 joueurs à partir de 14 ans
  • Pour des parties d’environ 45 minutes
  • Au prix de 31,50 € chez Philibert

Certains liens de cet article sont affiliés : si vous trouvez votre bonheur grâce à nous, nous touchons une petite commission. Les liens affiliés dans les articles n’ont aucun impact sur les choix éditoriaux de la rédaction de Numerama et l’angle des articles. On vous explique tout ici.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo