YouTube a annoncé qu’il assouplissait un peu son règlement sur la violence dans les jeux vidéo. Tous les contenus ne seront plus systématiquement interdits aux mineurs.

YouTube va relâcher un peu la pression concernant la violence dans les jeux vidéo. La plateforme a annoncé ce lundi 2 décembre dans un communiqué qu’elle serait désormais plus laxiste en la matière.

À partir du lundi 2 décembre, « les contenus de violence scénarisée ou simulée que l’on trouve dans les jeux vidéo seront traités de la même façon que les autres contenus scénarisés », indique YouTube.

Cela signifie concrètement que la plupart des vidéos concernées ne seront plus soumises à une limitation d’âge. Seules celles « où les images gores sont au centre de la vidéo » (un jeu vidéo d’horreur par exemple) resteront interdites au moins de 18 ans.

YouTube a précisé que ce changement de politique ne l’empêcherait pas de rester strict au sujet des autres types de violence. La violence réelle, en dehors des jeux vidéo, ne sera pas davantage tolérée.

Par ailleurs, la firme rappelle que les règles de la communauté sont indépendantes des règles sur la publicité. Les annonceurs peuvent toujours exiger que leurs publicités ne s’affichent pas sur les parties de jeux vidéo un peu violentes, même si elles ne sont pas interdites aux mineurs.

YouTube tente de mieux protéger les enfants

YouTube a justifié sa décision par le fait qu’il y ait, selon lui, « une différence entre la violence dans la « vraie vie » et la violence scénarisée ou simulée que l’on voit à la télévision, dans des films ou dans des jeux vidéo. » La plateforme elle-même propose des contenus avec des formes de violences sur l’onglet payant YouTube Originals.

Cette annonce a été faite dans un contexte particulier. Depuis quelques semaines, YouTube a mis en place un système d’auto-évaluation des vidéos pour les créateurs et créatrices de contenus. Ces derniers doivent juger, au moment de publier leur vidéo, si elle est ou non adaptée à tout type d’audience, comme les enfants. Si elle ne l’est pas, elle peut être interdite aux mineurs ou démonétisée. L’objectif est de protéger les plus jeunes, parfois soumis à des contenus violents.

Certaines vidéos destinées au départ à un public adulte peuvent également être très prisées des jeunes. C’est le cas par exemple de vidéos sur des collections de jouets : les adultes s’y intéressent pour l’aspect collection, mais des enfants peuvent aussi les apprécier car ils y voient de simples jouets. YouTube doit expliquer ces prochaines semaines quelles règles s’appliquent dans ce type de cas.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.