Il est possible de terminer le nouveau jeu Pokémon avec un seul compagnon. Mais c'est assez laborieux.

Il est rond, il est mignon, et c’est le premier Pokémon que l’on voit lorsqu’on lance le jeu. Moumouton (Wooloo en anglais) est devenu l’une des bestioles les plus emblématiques des nouveaux Pokémon Épée et Bouclier, avec ses petites tresses et sa capacité à rouler sur lui-même pour se déplacer. Il était également l’un des premiers nouveaux Pokémon de la huitième génération mis en avant par Game Freak avant la sortie du jeu sur Nintendo Switch.

Un joueur a décidé de lui rendre hommage en terminant le jeu uniquement avec un Moumouton, a repéré Polygon le 19 novembre 2019. L’Américain de 21 ans, qui se fait appeler Celvx en ligne, avait partagé son exploit dans une publication Reddit la veille, où il annonçait sobrement qu’il avait « réussi à terminer Pokémon Bouclier uniquement avec un Moumouton ».

Pokémon Épée et Bouclier // Source : Capture YouTube

Un Moumouton niveau 100

« Ce n’est peut-être pas le challenge le plus impressionnant, mais je suis vraiment fier de moi et je me suis dit que ça valait le coup de le partager ici », explique le jeune homme, qui raconte avoir tout de même dû s’y prendre à plusieurs fois pour parvenir à battre certains champions d’arène.

Roy, le huitième et dernier champion, a été le plus difficile à vaincre car il utilise deux Pokémon en même temps —  ce qui a d’ailleurs contraint Celvx à lancer un deuxième compagnon, un Magicarpe, mais il n’a pas utilisé ses compétences pour gagner le combat (il n’a lancé que des attaques « trempette ».

Celvx a monté son Moumouton, prénommé Arès, au niveau 100 (avec 217 points de vie), et a évidemment utilisé beaucoup de potions pour le garder en vie. Le joueur a partagé une capture d’écran des quatre attaques dont disposait son Pokémon à la fin du jeu. À noter que son propriétaire l’a empêché volontairement d’évoluer, car il se transforme normalement au niveau 24 en Moumouflon.

L’Américain aurait mis environ 20 heures à terminer le jeu sous cette forme, a-t-il expliqué à Polygon, en deux sessions de 10 heures.

Partager sur les réseaux sociaux