Klaus Teuber a créé les Colons de Catane en 1995. À l'occasion de la sortie du jeu sur Nintendo Switch, ce game designer et grand joueur nous partage sa vision des écosystèmes modernes du jeu, vidéo ou physique.

Catane, Les Colons de Catane, Catan, Katan… autant de noms pour l’un des jeux de plateau qui a marqué l’histoire du medium. Présenté dans notre rubrique de recommandation le week-end du 3 août comme une pépite intemporelle qui procure encore du plaisir partie après partie, Catan est revenu dans l’actualité numérique récente par une sortie sur Nintendo Switch — le jeu est disponible sur le Nintendo eShop pour une vingtaine d’euros.

Et contrairement au cinéma ou au jeu vidéo, où des noms forts marquent l’inconscient collectif, les esprits géniaux derrière les jeux de société sont plus discrets. Klaus Teuber, créateur de Catan et quadruple tenant du titre de jeu de l’année, est de ces personnalités qui ont façonné une industrie aujourd’hui en plein essor. Loin de s’enfermer dans le passé et embrassant la modernité avec curiosité, qu’elle soit physique ou numérique, l’Allemand nous a accordé un entretien pour nous présenter pêle-mêle sa vision de l’industrie du jeu, sa définition d’un bon gameplay ou encore sa stratégie à Catane.

Catan

Vous avez lancé Les Colons de Catane en 1995, avez-vous senti que l’industrie du jeu vidéo serait en plein essor au cours de la prochaine décennie ? Avez-vous eu peur pour votre secteur d’activité ?

Non, je n’en ai pas eu peur, au contraire. J’ai toujours aimé jouer à des jeux vidéo, j’étais un grand fan de la série Civilization de Sid Meyer ou de la série « Anno ». Les jeux de société véhiculent pour moi un sentiment de gameplay différent des jeux vidéo. J’apprécie les interactions sociales entre les joueurs autour de ma table lorsque je joue à un jeu de société. J’aime rire avec eux, être contrarié par eux, essayer de lire leur visage quand ils me proposent un marché. C’est quelque chose qu’un jeu vidéo ne peut pas m’offrir. Les jeux vidéo présentent des avantages différents. Je ne vois pas de contradiction à les apprécier tous les deux.

En tant que créateur de jeu, comment diriez-vous que l’industrie du jeu de société a évolué au cours des dix dernières années ?

L’industrie évolue beaucoup. De plus en plus de très bons jeux sortent chaque année. Cela représente à la fois des jeux vraiment complexes qui peuvent prendre jusqu’à 5 heures, ainsi que des jeux simples à apprendre et légers à jouer. Il y a aujourd’hui beaucoup plus de choix, pour tous les types de joueuses et de joueurs, qu’il y en avait il y a 10 ans. Je crois qu’en 2018, environ 1 200 nouveaux titres sont sortis.

Ce n’est d’ailleurs que l’année dernière que j’ai autant apprécié tant de jeux vraiment bien conçus, c’est formidable de voir à quel point l’innovation est en ébullition. Cependant, cela signifie également que beaucoup de jeux vraiment bons n’ont pas la chance d’être repérés dans la masse des sorties. Certaines sorties au printemps ne seront même plus dans les rayons à Noël…

Klaus Teuber en 2017 // Source : CC BY Rogi Lensing

Catan est un chef-d’œuvre qui a beaucoup marqué dans sa version originale : que souhaitiez-vous ajouter à une version numérique  ?

Merci pour ce compliment ! Je suis très heureux et très honoré que tant de gens dans le monde apprécient Catan.

Nous veillons à rester proches du jeu de société lors du développement des versions numériques. De nombreux joueurs apprécient la simplicité qu’il y a à commencer une partie, y compris le fait de ne pas avoir à ranger les pièces de jeu après avoir joué ! Personnellement, l’avantage de la version numérique est que vous pouvez toujours jouer, même si vous n’avez pas vos amis ou votre famille à côté de vous. Mieux encore, vous pouvez jouer avec vos amis et votre famille par-delà les océans. Et s’ils ne sont pas en ligne, vous pouvez toujours jouer contre une IA !

Quel type de mécanique numérique appréciez-vous le plus ?

Comme je l’ai dit juste avant, l’un des plus gros avantages pour moi est le multijoueur en ligne. Cette fonctionnalité a suscité mon intérêt depuis la première version numérique de Catan en 1999 (à l’époque pour PC, sur Windows). Les jeux de société sont une excellente expérience sociale, mais en l’absence de personne IRL, les versions numériques de Catan offrent un substitut idéal.

Un bon jeu doit capter toute l’attention des joueurs

Pensez-vous que la version Switch, console très familiale, permettra à un public plus jeune de découvrir le jeu ?

Je suis très heureux que Catan soit maintenant disponible pour Switch. Catan est un jeu de famille qui attire un public de tous les âges. Je dirais donc qu’il correspond parfaitement au public de la Switch. Notre objectif est toujours de porter Catan sur toutes les plateformes populaires disponibles, afin que les gens puissent choisir comment ils veulent jouer au jeu.

Comme on le dit parfois à propos des jeux vidéo, pensez-vous que la version Switch de Catan est la meilleure  ?

Si vous me demandez mon avis, ce sera toujours la version analogique à laquelle j’aimerai le plus jouer !

Qu’est-ce qui fait un bon jeu pour vous, que ce soit un jeu de plateau ou un jeu vidéo ?

Un bon jeu doit être fascinant, doit capter toute l’attention des joueurs. Dans le cas d’un jeu de plateau, on juge de l’impact en regardant si les joueurs laissent leur téléphone portable pendant environ une heure et qu’ils ne discutent qu’entre eux ou avec le jeu. À mes yeux, un élément qui favorise un degré élevé d’interaction et d’immersion, c’est que même si ce n’est pas votre tour, vous devez avoir la possibilité de faire quelque chose et vous sentir constamment impliqué.

Je n’aime pas les jeux purement stratégiques, un peu de chance doit faire partie du jeu. Cela laisse au vainqueur la possibilité de dire qu’il ou elle a vraiment joué intelligemment, alors que le reste peut prétendre que ce n’était que de la chance. En fait, un joueur ne devrait jamais sentir qu’il a totalement perdu. À Catan, même si vous n’avez pas gagné, vous avez quand même créé une belle structure de colonies et de villes, vous avez construit quelque chose. Je n’aime pas quand les choses peuvent être détruites dans un jeu. Pour moi, ces facteurs s’appliquent à la fois aux jeux de société et aux jeux vidéo.

Il y a bien d’autres éléments que je considérerais comme faisant partie d’un bon jeu. Mais in fine, c’est bien sûr une question de goût : quels sont les jeux vous aimez et ceux que vous n’aimez pas ?

Catan sur Switch // Source : Nintendo

Dernière question et pas des moindres : avez-vous une stratégie préférée à Catan ?

Catan a des éléments de stratégie, des éléments de tactique et des éléments de chance. Au début d’une partie, je pourrais par exemple choisir la stratégie de placer mes colonies de manière à me permettre de les faire évoluer le plus rapidement possible vers des villes. Mais peut-être que, par le hasard des dés, je vais recevoir surtout du bois et de la brique. Alors je vais envisager des échanges supplémentaires, construire des routes et une colonie à côté d’un port source de briques ou de bois et ma tactique sera de tirer parti de la nouvelle situation. Ma stratégie à long terme pourrait changer pour ne pas viser principalement les villes et les cartes de développement, mais plutôt me concentrer sur un vaste réseau de colonies et obtenir la route la plus longue.

Ce que je veux dire, c’est que la vie vous distribue des cartes, mais c’est toujours vous qui décidez de la meilleure utilisation possible de ces cartes. Par conséquent, je n’ai pas nécessairement de stratégie favorite dans le jeu, cela dépend de la construction du plateau.

Néanmoins, ce que je peux vous dire, c’est de ne pas concentrer vos efforts à faire la route la plus longue au début de la partie : essayez plutôt d’obtenir quelques points de victoire qui surprendront tout le monde à la fin !

Partager sur les réseaux sociaux