PUGB Corp. annonce l'ouverture d'un studio qui sera chargé de développer une expérience narrative dans l'univers de PUBG.

Alors que PUBG a beaucoup occupé l’espace médiatique en 2017 en popularisant le genre Battle Royale, il s’est fait chaparder son statut de phénomène par Fortnite. Plein d’ambitions, le studio PUBG Corp. se cherche un nouveau souffle et annonce, le 26 juin 2019, l’ouverture d’un studio dont la mission sera d’introduire une expérience narrative dans l’univers de PUBG.

L’entreprise n’a pas confié les rênes du projet à n’importe qui. À la tête de la structure baptisée Striking Distance, on retrouve Glen Schofield. À l’origine de la licence Dead Space, l’intéressé a co-fondé Sledgehammer Games, qui a développé Call of Duty : Advanced Warfare et Call of Duty : WWII, deux épisodes connus pour leur campagne solo de qualité.

PUBG // Source : PUBG Corp.

La narration pour relancer PUBG ?

Glen Schofield va devoir piocher dans son carnet d’adresses pour monter une équipe de talents. Leur mission sera « d’explorer l’univers de PUBG » pour « dépasser le genre Battle Royale ». L’exercice paraît périlleux pour PUBG Corp. dans le sens où son jeu est exclusivement jouable en ligne et n’a rien à raconter en l’état. Pour le moment, ce sont les joueurs qui font leurs propres histoires, en se créant des souvenirs à partir de leurs affrontements avec les autres (Epic Games, lui, est parvenu à transformer les mises à jour de Fortnite en événements). Glen Schofield et son staff vont devoir partir d’une feuille blanche et réfléchir à l’intégration naturelle d’un mode qui devra rester annexe (le studio pourra aussi opter pour un jeu 100 % indépendant).

On peut imaginer que l’expérience pensée par Striking Distance permettra à PUBG d’attirer une nouvelle frange de joueurs — celles et ceux pour qui la narration est importante. Avec un peu de chance, ils s’essayeront ensuite au mode Battle Royale pour ne plus jamais quitter les serveurs de PUBG. Selon les chiffres de Steamcharts, le jeu touché par des bugs est passé de 1,5 million d’utilisateurs en janvier 2018 à un peu moins de 400 000 en mai 2019 (moyenne journalière sur PC). Et, hormis un regain en début d’année, les statistiques sont dans le rouge en 2019.

Partager sur les réseaux sociaux