Découvrez chaque semaine un jeu de société que nous avons sélectionné pour vous (avec amour et passion). Cette semaine, c'est La Petite Mort qui est à l'honneur.

La Grande Faucheuse moissonne des âmes depuis bien trop longtemps. Le temps du repos est enfin venu pour elle. Mais d’abord, elle doit trouver une remplaçante. Vous êtes La Petite Mort, et si vous passez votre diplôme avec succès, vous pourrez prendre la place de la grande…

Votre but est d’obtenir en premier le diplôme de faucheuse en réalisant 4 objectifs parmi ceux proposés. Il existe plusieurs diplômes, plus ou moins compliqués à compléter.

Chaque joueur place devant lui 3 personnages, des caricatures de personnalités connues, réelles ou imaginaires. La plupart ont une faiblesse, un premier pas dans la tombe : Dark Vador souffre de maladie pulmonaire, Kurt Cobain a des tendances suicidaires, etc. Certains ne souffrent de rien, et d’autres sont même résistants à un mal : Harry Potter et sa baguette (de pain) par exemple, protégé du cancer.

La Petite Mort

La Petite Mort
Un pion trop choupi // Source : Lumberjacks Studio

Chaque joueur dispose également de 3 cartes caractéristiques/métiers, ajoutant des icônes de forces et/ou de faiblesses. Toutes sont accompagnées d’une petite description caustique à souhait. « Je suis fonctionnaire. Je vais vivre longtemps. Je m’emmerde mais je vais vivre longtemps » ou « Boire ou conduire, pourquoi choisir ? » sont 2 exemples parmi d’autres.

Simultanément, chacun donne une de ses cartes à ses voisins. Puis on en pose 2 parmi ses 3 en main à côté de nos personnages. Chaque carte ainsi ajoutée le fait vieillir : il passe de la naissance au premier, deuxième, puis troisième âge.

Vient ensuite la phase de fauche : on pose nos cartes de fauche sur les personnages adverses. Chacune exige un certain nombre de prérequis (le personnage doit être cardiaque et cancéreux par exemple). La moitié des cartes du personnage ainsi tué revient au faucheur, le reste au fauché. Si par chance un de vos personnages arrive jusqu’au troisième âge sans se faire faucher, il meurt de sa belle mort et vous récupérez toutes ses cartes.

C’est grâce à ces dernières qu’on peut réaliser les objectifs des diplômes : avoir 5 personnages dans son cimetière, faucher un personnage cumulant 4 faiblesses différentes, etc.

On redistribue des cartes à tout le monde en fin de tour, et dès qu’un joueur réalise 4 objectifs, il obtient son diplôme et remporte la partie.

Pourquoi c’est bien

La première chose qu’on voit et qui plait dans La Petite Mort est son matériel. Sa boite d’abord, entièrement noire, en forme de cercueil, est à-propos. Puis ses petits pions en bois, choupis à souhait. Enfin, ses illustrations. Même si ce n’est pas par leur « qualité » (contrairement à des jeux comme Mysterium ou Tokaido par exemple), elles font mouche à chaque fois, aussi bien la caricature que les petits textes d’ambiance qui les accompagnent. À la manière des objets farfelus de Peanut Club, le précédent opus de l’éditeur.

La Petite Mort
Source : Lumberjacks Studio

Bien sûr, il est clair que ce jeu s’adresse en priorité aux fans de l’œuvre originelle. Qu’il s’agisse des excellentes bandes dessinées ou de la très chouette série d’animation éponymes, La Petite Mort, le jeu, est fait pour vous. On y retrouve le même humour noir, le même cynisme, propres à Davy Mourier. Mais pas seulement, car on peut très bien prendre plaisir à jouer sans connaitre « l’univers. » En revanche, les réfractaires à ce genre d’humour devraient passer leur chemin.

On tue des gens connus à coup de cancer ou de suicide

Mais La Petite Mort ne se contente pas d’être amusant à regarder, c’est aussi un jeu très agréable à pratiquer. Ses règles sont très simples, ses parties très rapides. Aucune mécanique n’est révolutionnaire. Mais ça fonctionne bien, c’est interactif, on rigole, on se fait piquer des diplômes sous le nez, on tue des gens connus à coup de cancer ou de suicide, etc. Exactement ce qu’on cherche en ouvrant la boite.

Chouette matériel, humour noir, règles simples, parties courtes, La Petite Mort est parfait pour passer un bon moment entre potes. Ou pour offrir à un fan : dans le pire des cas, même s’il n’aime pas le jeu, il pourra exposer la boite et les petites figurines à côté de ses albums de bande dessinée…

  • La Petite Mort est un jeu de François Bachelart
  • Illustré par Davy Mourier
  • Édité par Lumberjacks Studio
  • Pour 2 à 4 joueurs à partir de 14 ans
  • Pour des parties d’environ 20 minutes
  • Au prix de 22,50 € chez Philibert

Les liens de cet article sont affiliés : si vous trouvez votre bonheur grâce à nous, nous touchons une petite commission. On vous explique tout ici.

Partager sur les réseaux sociaux