La sitcom Roseanne a été annulée par la chaîne ABC après un tweet raciste « abject ». Plébiscité par une frange de l'Amérique pro-Trump, ce reboot était l'une des séries les plus populaires de la chaîne gratuite cette année.

La sitcom Roseanne a été annulée à peine quelques heures après que son actrice principale, Roseanne Barr, a envoyé un odieux tweet raciste sur son compte public, où elle est suivie par plus de 700 000 personnes. «  Si les frères musulmans avaient eu un enfant avec un singe », a-t-elle posté à propos de Valerie Jarrett, une femme noire, ancienne conseillère d’Obama.

Dans la foulée, la chaîne gratuite ABC (propriété de Disney) a publié un communiqué pour annoncer que Roseanne ne serait pas renouvelée pour une nouvelle saison. « Ce qu’a dit Roseanne sur Twitter est abject, répugnant et n’est pas compatible avec nos valeurs, et nous avons décidé d’annuler sa série », a asséné Channing Dungey, nouvelle présidente d’ABC Entertainment.

Depuis, l’actrice a posté quelques gazouillis d’excuses sur Twitter, toutefois entrecoupés de nombreux retweets de messages postés par des membres de l’extrême droite américaine.

La série qui parlait aux pro et anti-Trump

Roseanne était une sitcom à succès des années 1990 (1988-96), sur un couple de la classe moyenne-basse des États-Unis. En mars 2018, elle avait été réanimée par la chaîne ABC pour une dixième saison inédite de 9 épisodes, avec les mêmes acteurs, 22 ans après sa disparition des ondes.

Le succès a été quasi-immédiat : le premier épisode a rassemblé 18 millions de téléspectateurs en direct, plus 9,2 millions supplémentaires en replay sur une semaine. À titre de comparaison, la série comique Modern Family, produit d’appel d’ABC depuis dix ans, plafonne aujourd’hui à 7 millions de téléspectateurs en direct (et 12 millions à ses débuts en 2009). Trois jours après la diffusion de ce premier épisode, ABC annonçait le renouvellement de la série.

En somme, Roseanne était la série phénomène de ce printemps 2018. La production était censée réconcilier l’Amérique pro et anti-Trump, mais aussi prolonger la durée de vie du modèle vieillissant de la télévision linéaire, attaqué par les plateformes de vidéo à la demande comme Netflix, Hulu ou Amazon Prime Video.

Comme l’a relevé Business Insider, Roseanne était le quatrième programme d’ABC qui rapportait le plus de revenus publicitaire, devant Modern Family.  La société d’analyse Kantar Media a estimé que les recettes engrangées par les 13 épisodes s’élèvent à 45 millions de dollars pour le network, et qu’ABC aurait probablement pu augmenter ses revenus l’an prochain jusqu’à 60 millions.

En plus d’être un produit d’appel important — ABC l’avait largement mise en avant lors de sa présentation annuelle le 16 mai dernier — et de rapporter de gros revenus publicitaires, Roseanne envoyait un signal fort : la télévision linéaire n’est pas encore morte.

Portée par une communication axée sur la réconciliation avec l’Amérique pro-Trump, la série a été largement plébiscitée par les États qui ont porté le président américain au pouvoir, dont les habitants étaient ciblés dès le départ par ABC («  une famille qui nous ressemble et qui vit comme nous », annoncer le trailer).

ABC n’avait pas le choix

Cette masse d’électeurs représente un vivier d’audience inespéré pour les networks, qui peinent à trouver la solution pour lutter contre Netflix et ses 56 millions d’abonnés américains (125 millions dans le monde). Aussi la décision quasi-immédiate d’ABC montre le courage et la hauteur du sacrifice de la chaîne.

Le network américain n’avait pourtant pas beaucoup de choix. Déjà, car ne pas réagir fermement aurait pu causer des pertes financières beaucoup plus grandes à la chaîne, à cause d’annonceurs souhaitant se retirer pour ne pas associer leur image à des propos racistes.

De plus, ABC se veut à la pointe des efforts en terme de représentation, depuis des années, que ce soit en donnant les pleins pouvoir à Shonda Rhimes et ses séries portées par des femmes de couleur (Grey’s Anatomy, Scandal, How to get away with murder) ou encore avec Fresh off the boat ou Black-ish, des séries populaires et intelligentes qui montrent — certes de manière didactique et pour une audience largement blanche — les enjeux et le quotidien des personnes de couleur dans l’Amérique de 2018.

Roseanne a montré qu’il y avait une audience pour ce type de divertissement ; reste à ABC la lourde tâche de trouver une nouvelle série pour la capter.

Partager sur les réseaux sociaux