De nouvelles séries originales, des acquisitions et des diffusions simultanées : voici le programme des séries Netflix pour avril 2018.

Auparavant, Numerama publiait un seul article comprenant toutes les nouveautés Netflix pour le mois à venir. Ces dernières étant de plus en plus nombreuses, nous avons décidé de mieux séparer les différents types de contenus ajoutés : séries, documentaires, films, etc. En outre, nous introduisons également un code couleur et une ★ pour les contenus qui sortent du lot et attirent notre attention. 

Désormais, le fil des nouveautés Netflix n’est plus un filet, mais un torrent. Il fallait compter sur plus d’une vingtaine de séries mises en ligne le mois passé sur la plateforme. En avril, la pression ne faiblit pas avec encore des brassées de créations originales mises en ligne. Dans cet article, nous faisons donc le point sur les séries au programme d’avril.

Notons qu’en matière de diffusion simultanée avec les États-Unis, Netflix persévère dans avec ses ajouts en +24 de titres américains des networks et des chaînes câblées peu prestigieuses. On retrouvera ainsi en avril pas moins de 4 séries de la CW : Dynasty qui termine sa première saison, Riverdale dont la pénible deuxième saison se poursuit, mais aussi Arrow saison 6 et Black Lightning, saison 1. Freeform continue également de livrer son Shadowhunters qui a réussi à signer pour une troisième saison malgré les mauvaises audiences du teen drama. Enfin, Designated Survivor d’ABC sera aussi à l’écran.

Passons au détail.

Séries fiction

Perdus dans l’espace — 13 avril

Lost In Space est une série de SF des années 1960 diffusée sur CBS. Rebootée par Netflix dans une version très modernisée, visuellement dopée et tournée vers une audience familiale, la série s’apprête à reconquérir les foyers. Le travail de promotion réalisé jusque-là par Netflix tend à montrer un divertissement familial répondant à d’autres exigences qu’un drame de SF pour adultes.

Toutefois, disposant d’une histoire voulue attachante — une famille perdue dans l’espace, qui va se découvrir à travers des épreuves hautes en couleur — Lost In Space pourrait séduire de nouveaux publics. Notons en outre qu’il s’agit du premier véritable drame familial de Netflix qui montre les muscles pour ne pas laisser aux chaînes gratuites le monopole du genre.

Pour cette première, l’Américain a fait confiance à des artisans habitués aux très grosses productions (Matt Sazama et Burk Sharpless de Gods of Egypt) et leur a visiblement accordé un confortable budget.

3 % — 27 avril

Le teen drama brésilien de Netflix revient à la fin du mois. Après une première saison un rien hésitante et parfois laborieuse, la première série brésilienne de Netflix avait réussi à imposer sa patte et nous a laissé un souvenir agréable.

Toutefois, notons que cette réussite devait beaucoup au concept fort qui guidait les premiers épisodes où des épreuves, vectrices de tensions dramatiques, rythmaient un show un peu mou. Espérons que la deuxième saison étoffe l’ambition de ce qui reste une jolie surprise venue d’un des plus importants marchés pour Netflix.

Troie : la chute d’une cité — 6 avril

Personne ne croit à ce Troie commandé par la BBC. Les critiques ont été peu élogieuses pour ce drame historique du samedi soir. La presse britannique a descendu une série « qui peine à convaincre lors de son premier épisode regrettablement insipide  » (The Independant), qui serait « trop faible pour satisfaire les dieux  » (The Telegraph), ou encore qui devrait être « renommée The Real Housewives of Ilium  » (The Times).

La Casa de Papel, partie 2 — 6 avril

La Casa de Papel est une série en laquelle personne ne croyait, et sûrement pas votre serviteur. Énième bâtard des films de braquage, version direct-to-video, la série espagnole pêche par son casting peu qualifié, ses sous-intrigues improbables et psychologisantes et une étonnante compétence à ne jamais craindre le ridicule qui lui colle pourtant à la peau.

Toutefois, rendons-nous à l’évidence : pour des raisons qui nous échappent — nostalgie de Un Dos Tres  ? — le drame ibérique est un carton plein. Ses fans défendent une série légère, prenante et osée. À vous de juger.

The Letdown, saison 1 — 21 avril

Coproduction de Netflix et d’ABC (pas la chaîne de Disney, la chaîne publique australienne du même nom) The Letdown est une grinçante comédie sur la maternité venue d’Australie. Pour le Sidney Morning Herald, le show est « peut-être la chose la plus drôle, la plus vraisemblable à la télé en ce moment  », quand le Guardian estime qu’il s’agit d’un « portrait émouvant de la maternité avec une pincée d’humour ». Pour résumer, on y retrouve l’Australienne Alison Bell, qui incarne et écrit le show, en mère dépassée et désillusionnée sur un format rapide et audacieux.

Superstition, saison 1 — 29 avril

La rumeur dit que la chaîne américaine Syfy brade ses shows en difficulté à Netflix. Déjà peu réputée pour la qualité de ses productions, la chaîne gratifie le spectateur français de ses obscures productions. Ce mois-ci, Superstition ne vient pas vraiment changer la donne : budget faible, écriture procédurale et concept classique… la série ne casse pas les codes.

★ American Horror Story, saison 6 — 1er avril

American Horror Story : Roanoke n’est peut-être pas la meilleure des créations horrifiques de Ryan Murphy mais elle viendra consoler ceux qui pleurent le manque de séries premium en avril sur Netflix. Sortie en 2016 sur FX, Roanoke ose une narration particulièrement excentrique aux mises en abîme à répétition.

Les niveaux de narration s’entremêlent, se contredisent, bousculent notre compréhension, pour un résultat déglingué, acide et violent. Drôle, selon l’humour noir de Murphy, la saison enfonce des portes ouvertes, notamment sur la question raciale aux USA, mais se montre finalement infiniment plus excitante que les saisons précédentes.

Happy !, saison 1 — 26 avril

Autre série de Syfy Happy ! est un presque classique drame policier, à une exception près… Adaptation d’un comic book éponyme, la série évolue autour de concepts surnaturels. Ainsi, un héros immortel rencontre une licorne bleue et comique qui va le pousser à devenir une meilleure personne en résolvant des affaires criminelles.

★ Four Seasons in Havana, mini-série — 15 avril

Remarquée par Foreign AffairsFour Seasons in Havana est une mini-série qui « introduit auprès du grand public les romans de l’écrivain Leonardo Padura  ». Journaliste et romancier cubain, Padura est une figure de proue de la littérature de genre dans le monde hispanophone. Pour cette série, il a collaboré avec sa femme, la scénariste Lucia López Coll, et le réalisateur Félix Viscarret.

Le show, produit par la firme française Wild Bunch, revient sur les années 1990 à Cuba, lorsque la société subit les effets collatéraux de la fin de la guerre froide. Premier thriller cubain, tourné à Cuban sur cette période, Four Seasons in Havana offre de nombreux gages de crédibilités et met en avant Conde, le héros récurrent de Padura, version cubaine d’un inspecteur des films noirs : mélancolique et acerbe.

Séries documentaires

Chef’s Table : Pâtisserie — 13 avril

Pour sa quatrième saison, la série documentaire Chef’s Table se renouvelle en passant directement au dessert. Respectant le format initié en 2015, un épisode par chef pour retranscrire l’identité de celui-ci, la série va mettre en avant Will Goldfarb à de Bali, Corrado Assenza en Sicile, Jordi Roca en Espagne et enfin Christina Tosi du Milk Bar de New York.

Dope, saison 2 — 20 avril

Après une première saison, le docu-série sur les barons de la drogue aux États-Unis revient pour une nouvelle itération. Peu apprécié par la critique dans sa première version, le show brutal et sensationnaliste faisait dire au Daily Dot que le ton «  complaisant utilisé par le show pour dépeindre les politiques américaines de lutte contre la drogue fait de Dope une émission frustrante, outrancière, et dépourvue de grâce »

Séries enfant

Baby Boss : les affaires reprennent — 6 avril

Inspiré du film, étonnamment nommé aux Oscars, du même nom Baby Boss : les affaires reprennent est une nouvelle production Dreamworks pour Netflix. Après le plutôt mauvais film du studio, le bébé tyrannique retourne en entreprise où il va conduire son grand frère pour de nouvelles aventures.

Les nouvelles aventures du Bus Magique, saison 2 — 13 avril

Le reboot de cette franchise connu de tous les enfants des années 1990 revient pour une nouvelle saison. À bord du célèbre véhicule jaune, les jeunes enfants partent à l’aventure et apprennent auprès de leur enseignante et son dragon. La série est plutôt destinée aux jeunes enfants.

Partager sur les réseaux sociaux