Microsot avait promis de ne pas se servir de sa plateforme mutlijoueurs Xbox Live pour détecter les « mod-chips », ces puces qui permettent de jouer avec des jeux piratés. Avait, car ça n’est visiblement plus la politique de Seattle.

Ainsi peut-on dans les conditions d’utilisation du kit Xbox Live : « Xbox Live ne peut être utilisé qu’avec une console de jeu vidéo Xbox non modifiée, sauf pour des réparations ou des mises à jour autorisées par Microsoft. Toute tentative de désassembler, de décompiler, de créer des œuvres dérivées, de modifier, de sous-licencier, de distribuer ou d’utiliser à d’autres fins les logiciels ou le matériel de la console est formellement interdit ». Plus loin, « Microsoft peut (…) télécharger des informations depuis la Xbox utilisée pour se connecter à Xbox Live autant que nécessaire pour faire fonctionner et protéger la sécurité de Xbox Live, et pour faire valoir cet accord », ceci également pour « protéger et défendre les droits ou la propriété de Microsoft ».

Du côté des hackeurs, point d’inquiétude, puisque les puces actuelles peuvent facilement être mises à jours depuis un PC, et même désactivées par un simple interrupteur.

Mais Microsoft cherche justement à employer l’un de ces talenteux hackeurs :

« Recherche Ingénieur en conception de logiciel (…) pour récolter, évaluer et mener des analyses sur les « modification chips » (…), conduire des tests de sécurité sur les matériels et logiciels Xbox et collaborer à la mise au point de fragments de code de détection destinés à équiper les futures versions du produit. (…) Expériences appréciées dans le domaine de la cryptographie et des mécanismes de protection contre la copie. Préférence sera donnée à ceux ayant une bonne expérience dans le déplombage de jeux video. (…).« 

Préparez vos CVs…

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !