À Park City, les nominations aux Oscars des favoris de l'an passé rappellent le rôle déterminant du Sundance Film Festival dans l'industrie actuelle. Au milieu de la fête, les géants du streaming aiguise leurs appétits pour leurs prochaines acquisitions.

Sur les sites spécialisés, les critiques commencent à pleuvoir : le festival Sundance a bien commencé.

Le rendez-vous américain du cinéma indépendant se tient en ce moment à Park City et, comme chaque année, les projets et films affrontent critiques, publics et distributeurs. À la fin du festival, on tiendra les comptes de ce supermarché de l’indé, où viennent se servir les nouveaux géants Amazon et Netflix depuis plusieurs années.

Mais pour cette édition, le Sundance commence sur les chapeaux de roue : ce mardi 23 janvier, les nominations aux Oscars résonnaient particulièrement sur le festival.

Call me by your nomimations

L’édition 2017 du Sundance a en effet vu nombre de ses champions s’introduire dans les listes de la fin d’année. Le favori de l’édition 2017 du festival, le long-métrage Call Me By Your Name de Luca Guadagnino, a récolté trois nominations dont les prestigieuses meilleur acteur et meilleur film. Toutefois, pour ce dernier, la surprise n’était pas forcément de mise puisqu’il est un favori pour les Oscars depuis de longs mois.

Call Me By Your Name / Sony

C’est davantage Netflix et Amazon qui, avec leurs acquisitions du Sundance de l’an passé, ont surpris : The Big Sick, acheté par Amazon en 2017, concourt pour le meilleur scénario original, et l’excellent Mudbound, acquis par Netflix au même rendez-vous, est nommé quatre fois.

Sans tarder, Netflix s’est félicité. « C’est un grand jour. Je suis tellement excité, s’est enthousiasmé Scott Stuber, à la tête de la division cinéma de Netflix. C’est toujours génial quand vous vous retrouvez au milieu du moment de gloire de quelqu’un. C’est la reconnaissance que [l’équipe de Mudbound] méritait, et désormais leur carrière est changée.  »

Mundbound / Netflix

Et en effet, en pariant sur la jeune Dee Rees, qui signait son deuxième long-métrage, la firme de Reed Hasting mettait peu de chances de son côté au vu de la fiche du film. Un autre studio avait par ailleurs abandonné le projet avant que l’Américain ne le récupère. Pourtant, rapidement, le film s’est mué en potentielle surprise de la saison des récompenses : ici et là, on le retrouvait dans les paris pour les Oscars, dont les nôtres.

Netflix Strikes Back

Si l’année passée, ce fut le Manchester by the Sea d’Amazon qui portait un service de streaming en haut de l’affiche, cette année, l’alliance Netflix et Sundance semble en passe d’entrer dans l’histoire. En 2018,  le Sundance se voit donc mis en avant grâce à ses réussites, et la présence de Netflix y sera aussi observée que celle d’Amazon, pour des raisons différente. Pour rappel, Amazon manifestait récemment un désintérêt grandissant pour les films indépendants et sa participation au festival était mise en doute.

Pourtant, l’an passé, avec quatre titres acquis dont The Big Sick, les studios du géant de l’e-commerce signaient un chèque conséquent pour les projets du festival de Park City. En 2018, le géant est présent de facto : non pas sur le marché, mais avec deux films projetés, You Were Never Really Here et Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot. Le premier est un drame de Lynne Ramsay et le second est une comédie dramatique du grand Gus Van Sant. Anecdote : les deux projets comptent Joaquin Phoenix au casting.

Netflix quant à lui est également présent derrière un certain nombre de films projetés : l’attendu A Futile and Stupid Gesture, un biopic sur la création du magazine humoristique National Lampoondisponible sur Netflix dès le 26 janvier, mais également Come Sunday, un drame avec Chiwetel Ejiofor (Twelve Years a Slave) et enfin un documentaire, Seeing Allred, sur l’avocate Gloria Allred.

En revanche, à la différence d’Amazon, dont il est difficile de prévoir les prochains choix cette année, Netflix devrait accompagner ses propres poulains de nouvelles acquisitions d’ici la fin du festival. À Park City, le géant aurait fait savoir son intérêt pour le troisième volet de la saga Cloverfield chapeautée par J.J. Abrams. Le journaliste Jeff Sneider, du Tracking Board, a brièvement évoqué cette possibilité depuis le festival sur son compte Twitter, écrivant : « Entendu à Sundance : le nouveau film Cloverfield pourrait se retrouver sur Netflix. Aucune confirmation encore…  »

Cloverfield

Quelques heures plus tard, Deadline et The Hollywood Reporter reprenaient l’information. Sur Deadline, Mike Fleming constate au Sundance : « Netflix a été étonnamment silencieux à propos de ses acquisitions au Festival de Sundance mais la rumeur, à Park City, est que le service de streaming a un gros contrat sur le feu.  »

Partager sur les réseaux sociaux