Deux artistes new-yorkaises ont créé Climoji, une bibliothèques d'emojis sur le thème du changement climatique. Une étape qui en appelle une autre : elles veulent soumettre ces symboles à Facebook et au Consortium Unicode, afin d'attirer l'attention sur les problématiques environnementales.

Symbole éminemment politique et culturel, l’emoji est un langage non verbal largement utilisé sur Internet — sa genèse et son évolution ont d’ailleurs occupé une partie du dernier numéro du podcast Club Internet. Bien que la bibliothèque de ces symboles s’enrichisse régulièrement, notamment via leur normalisation par le consortium Unicode, des emojis manquent encore à l’appel pour représenter certaines réalités.

C’est en tout cas l’avis de Marina Zurkow et Viniyata Pany, deux artistes new-yorkaises : estimant que le changement climatique mérite ses propres emojis, elles se sont lancées dans un projet baptisé Climoji.

Climate change + emoji = Climoji

Contraction de « climate change » (changement climatique) et « emoji », leur initiative consiste en une bibliothèque d’une vingtaine de symboles. « Les emojis sont utilisés pour annoter des sentiments, dans des communications courtes. Climoji agit comme un signifiant au sujet du changement climatique et [offre] de nouveaux signes pour exprimer le désespoir, l’espoir et la solidarité », écrivent les artistes sur leur site.

Climoji

Disponibles sur iOS et Android, les climojis peuvent également être téléchargés au format PNG. Parmi les stickers proposés, vous trouverez par exemple un bloc de glace en train de fondre, un ours polaire affamé ou une baleine ayant ingurgité du plastique ; chacune de ces situations veut représenter un effet de l’activité humaine sur l’environnement.

Né dans le giron de l’université de New York, le projet de Marina Zurkow et Viniyata Pany pourrait prendre de l’ampleur. Les deux artistes souhaitent en effet échanger avec Facebook au printemps 2018, afin, espèrent-elles, que le réseau social intègre ces autocollants dans sa plateforme.

Les deux artistes veulent proposer à Facebook d’intégrer Climoji

Par ailleurs, les créatrices des climojis ont l’intention de soumettre leur projet au Consortium Unicode. Pour cela, elles attendent d’avoir suscité davantage d’intérêt de la part du public autour de leur création : à l’heure actuelle, 400 personnes ont téléchargé l’ensemble des stickers.

Si l’initiative ne peut évidemment pas lutter directement contre des phénomènes comme l’élévation du niveau des mers ou la pollution dans les zones urbaines, le projet Climoji a au moins le mérite d’attirer l’attention sur des problématiques environnementales d’une façon originale, à l’heure où la communauté scientifique multiplie les alertes sur l’urgence de la situation.

Partager sur les réseaux sociaux