Atari prévoit d'ouvrir les précommandes de l'Ataribox ce jeudi 14 décembre. Une réduction sera appliquée pour les premiers acheteurs.

Mise à jour du 14 décembre 2017 : il va falloir patienter un peu plus concernant l’Ataribox. Les inscrits à la newsletter ont reçu le message suivant, «  Le compte à rebours du lancement de l’Ataribox sur Indiegogo a été officiellement mis en pause. En raison d’un des éléments clefs de notre check-list, cela prend plus de temps que prévu de créer la plateforme et l’écosystème que la communauté Atari mérite. Concevoir l’Ataribox est très important pour nous et nous allons faire tout notre possible pour que l’attente en vaille la peine  ».

Article original du 12 décembre 2017 :

Atari distille les informations au compte-goutte concernant son Ataribox, sa nouvelle machine inspirée de l’Atari 2600 et conçue pour allier les plaisirs du rétrogaming avec ceux plus actuels. Selon les informations de CNET, les précommandes ouvriront ce jeudi 14 décembre et on peut miser sur des quantités infimes. Le prix sera compris entre 250 et 300 $ avec une réduction pouvant monter jusqu’à 33 % pour ceux qui se sont inscrits à la newsletter (via le site officiel). On encourage d’ailleurs les intéressés à se mettre dans la liste d’attente.

Rendez-vous jeudi

Que sait-on de l’Ataribox ? Qu’elle tournera sous Linux grâce à une puce AMD, qu’elle s’articulera autour d’une interface personnalisable, qu’elle sera un rétrogaming killer et qu’elle proposera des jeux indépendants et du streaming. Elle est attendue pour le printemps prochain et passera par une campagne de financement sur Indiegogo. Point de vue design, elle devrait être déclinée ainsi : une robe noire/rouge très moderne et une finition bois rappelant l’Atari 2600, dont elle s’inspire.

Atari a beaucoup teasé sur son Ataribox ces dernières semaines, ne cachant pas ses ambitions derrière ce projet allant plus loin que la NES Classic Mini et la SNES Classic Mini (même si le constructeur espère connaître un succès aussi franc). Il reste encore quelques zones d’ombre à percer, notamment les fonctionnalités de divertissement (Netflix est-il au programme par exemple ?).

Avec un peu de chance, on en saura un peu plus encore cette semaine, une fois que les early-adopters auront craqué pour leur exemplaire. Une seule chose est sûre et certaine : l’Ataribox ne pourra pas être déposée au pied des sapins. Du moins pas cette année.

Partager sur les réseaux sociaux