Helldivers 2 est un jeu de tir coopératif. Il est aussi collaboratif, dans le sens où les joueuses et les joueurs font front commun contre des invasions. Mais ce n’est pas le système du jeu qui gère tout. Elles sont en partie orientées par une seule personne.

Dans Helldivers 2, c’est la guerre galactique. On ne s’en rend pas forcément compte lors des premières parties, mais chaque petite victoire remportée par son escouade participe à un effort global. En résulte un conflit dynamique, partagé par toute la communauté, face à deux autres factions (les insectes et les robots) contrôlées par une intelligence artificielle. Enfin, pas tout à fait : elles sont aussi contrôlées par un cerveau humain ou, plutôt, devrait-on dire, assistées par un cerveau humain.

Cette anecdote a été partagée par Johan Pilestedt, le patron de Arrowhead Game Studios, dans les colonnes de PC Gamer, le 28 février. Au sein du studio, quelqu’un est chargé de superviser le conflit qui sévit dans Helldivers 2. Il s’agit d’une sorte d’équilibrage artisanal, pour éviter que les joueuses et les joueurs prennent trop vite l’ascendant sur l’ennemi — et vice et versa. Son nom est Joel et il occupe officiellement la fonction de Game Master, ou maître du jeu — un poste inspiré de l’univers du jeu de rôleDonjons & Dragons.

Helldivers 2 Une
La guerre presque partout dans l’univers. // Source : Arrowhead

On sait pourquoi les robots de Helldivers 2 sont si forts

La mission de Joel consiste donc à ajuster en temps réel certains paramètres du conflit global pour assurer le meilleur équilibrage possible. Vous trouvez que les robots sont trop forts ? C’est entièrement sa faute, comme le raconte Johan Pilestedt : « Il y a eu quelques moments soudains où une planète était peut-être trop facile ou trop difficile [à capturer], et Joel a dû se lever au milieu de la nuit pour donner un coup de pouce aux Automatons pour que les joueurs ne puissent pas reprendre la planète trop rapidement. » Sacré Joel.

Ce pilotage manuel est parfois nécessaire, car Arrowhead Game Studios, bien que capable de prévoir certaines issues de la guerre, peut difficilement anticiper le triomphe de la communauté. « Nous avons de nombreux systèmes dans le jeu pour permettre au Game Master d’avoir le contrôle sur l’expérience de jeu. C’est un point que nous allons faire évoluer en permanence en fonction de ce qui arrive dans le jeu », confie le CEO. Autant dire que Joel ne peut pas se reposer sur ses lauriers et doit constamment s’adapter aux victoires et défaites de chacun.

Arrowhead a tout le loisir de donner naissance à des moments pivots pour bouleverser l’équilibrage de Helldivers 2, ce qui permet au jeu de se passer d’une narration classique. En ce sens, ce sont les joueurs et les joueuses qui se créent leurs propres histoires, comme on a pu le voir récemment après la perte — douloureuse — d’une planète aux mains des Automatons. « L’attachement aux planètes est significatif… En interne, on regarde comment on pourrait reconsidérer les planètes comme de vrais personnages à l’avenir », glisse Johan Pilestedt. Non content de connaître un succès mérité et de s’être débarrassé de ses soucis de connexion, Helldivers 2 pourrait devenir bien plus ambitieux encore.

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !